Faire un don

Aidez un témoin de l’époque industrielle des Lumières à retrouver son dispositif hydraulique.

1€ collecté = 1€ abondé par la Mission Bern (jusqu’au 31 décembre 2019, dans la limite de 20 000€)

Découvrez l’émission sur la Grande Forge de Buffon :

Présentation :

           La grande forge de Buffon, construite à la fin du XVIIIe siècle, est construite par le célèbre naturaliste Georges-Louis Leclerc, comte de Buffon (1707-1788). C’est en 1768, alors âgé de 60 ans, qu’il décide de mettre à profit ses découvertes et ses expériences sur le fer. La région sidérurgique du montbardois est l’emplacement idéal pour ce projet, d’autant plus qu’il est propriétaire des terres de Buffon depuis 1732. Les travaux commencent en 1768, le haut-fourneau fonctionne dès 1769 et le reste des bâtiments est terminé en 1772.

Chef-d’œuvre du patrimoine industriel en Bourgogne, il s’agit de l’une des premières usines intégrées aménagées pour optimiser les étapes de la fabrication et pour permettre aux ouvriers de loger sur place. Cette conception d’usine est fidèle à l’esprit novateur des Lumières.

L’une des premières usines qui préfigurent la Révolution Industrielle

           On distingue deux parties : un ensemble domestique et un ensemble industriel. La Grande Forge de Buffon est une des premières « usines intégrées » des Lumières. Les lieux sont pensés pour l’optimisation des étapes de fabrication du fer. Autour d’une vaste cour, les bâtiments d’habitation du personnel côtoient la demeure du maître et de son régisseur ainsi que les remises et les magasins de fer. Une boulangerie, une chapelle et un potager sont accessibles aux ouvriers. Une orangerie et un pigeonnier viennent compléter l’ensemble.

Dans la partie de production, le haut-fourneau est le bâtiment le plus remarquable. Les invités de marque venaient admirer la coulée du métal en fusion du haut d’un escalier majestueux. Des roues à aubes, alimentées par un bief dérivé de la rivière l’Armançon, apportent l’énergie nécessaire pour faire fonctionner les soufflets et les marteaux.

A la fin du XVIIIème siècle, la Grande Forge de Buffon produit environ 450 tonnes de fer par an et emploie jusqu’à 400 ouvriers. Les forges ont ainsi fourni le fer utilisé pour clôturer de grilles le Jardin des plantes de Paris dont Buffon était l’intendant. Elles ont aussi fourni des ferronneries et des rampes d’escaliers. Buffon utilise surtout l’établissement à titre de laboratoire : amélioration des canons de la Marine, expériences sur les effets de la chaleur…

La grande roue à aube, l’élément indispensable au fonctionnement de la forge.

             Au temps de Buffon, la grande roue à aube permettait de faire fonctionner les deux soufflets du haut fourneau. Ils sont indispensables à la lente combustion du minerai de fer et du charbon. Les soufflets actionnés par un arbre à cames apportaient de l’oxygène de façon continue et régulière. La grande roue constitue donc l’ouvrage majeur pour exploiter l’énergie hydraulique : tout l’aménagement du site, de la rivière et du bief, la gestion des implantations, a été pensé pour la mettre en place avec la meilleure efficacité possible.

A la suite d’une  en 1866, la Grande Forge fut transformée en cimenterie jusqu’en 1923, date à laquelle un incendie détruisit une partie des bâtiments industriels. Peu à peu le site industriel se dégrade.

Grande forge de Buffon

Les porteurs du projet :

        Depuis 1860 la forge appartient à la même famille qui, par le jeu des alliances, possède un ascendant commun avec Buffon. En 2011, Claude et Agnès Veyssière-Pomot reprennent la gestion du monument classé Monument historique depuis 1943 et entreprennent de grands travaux de restauration. Ils sont aujourd’hui confrontés à des travaux urgents sur les dispositifs hydrauliques de la forge fortement détériorés par l’eau. Les roues constituant une attraction pour la visite, et un point essentiel pour la compréhension de l’organisation générale et le fonctionnement de la forge, il est prévu de remettre en service des installations.

A quoi servira le financement ?

         Le programme des travaux consiste à restituer une roue en charpente capable de résister aux assauts du temps et de l’eau, de refaire les pilotis et les fondations ainsi que la passerelle qui traverse le canal et les élévations du canal et du quai.

Leur projet estimé à 262 000 euros est indispensable à la compréhension du site par les visiteurs, il a été sélectionné par Stéphane Bern en 2018. Si l’aide reçue par la Mission Bern contribue en partie au financement de ces travaux, elle est malheureusement insuffisante. C’est pourquoi la Grande Forge participe à « Fous de patrimoine » 2019. Pour encourager les donateurs de « Fous de patrimoine », la Mission Bern abondera chaque euro collecté lors de l’opération « Fous de patrimoine » par un euro supplémentaire (dans la limite de 20 000 euros).

Grande forge de Buffon

Plan de financement :

Montant total des travaux : Première tranche 183 600,71€ et deuxième tranche 78 609.94€

La Grande roue est la principale « attraction » du site de la Grande Forge de Buffon : elle permet au visiteur de comprendre le fonctionnement hydraulique et mécanique des machines encore en place. Il peut les voir fonctionner dont notamment le parc à bascules qui actionne les soufflets attisant la combustion dans le haut-fourneau. Les installations sont actuellement hors d’état et doivent être en grande partie reconstruites suite à une forte inondation. La  réfection générale des maçonneries du canal de la forge où est placée la roue est prévue.

https://www.facebook.com/grandeforgedebuffon/