Plus le temps passe, plus il me semble que nous avons à partager toutes sortes d’informations, compte-tenu de notre appartenance locale et de nos préoccupations. Ce « Clin d’oeil » arrive donc juste avant la fin de l’année pour résumer les sujets qui suscitent notre attention : certains sont récurrents comme celui nos belles balades (ou moins drôles celui des éoliennes), d’autres doivent nous emmener vers des sentiers où nous avons toujours notre pierre à apporter. Faire du sujet « préservation du Patrimoine » un leitmotiv est engageant et ce mot issu du langage musical me paraît plaisant à adopter pour notre quotidien.
Avant de nous retrouver en 2020 pour la prochaine « Lettre VMF Cantal », où vous trouverez des témoignages passionnants pour accompagner les comptes-rendus de nos sorties, je vous souhaite au nom du comité des VMF du Cantal, une très bonne année.

nos prochaines rencontres

  • Samedi 28 mars : journée d’escapade parisienne à la montagne Sainte Geneviève
  • Jeudi 30 avril : visite de la Galerie Dorée de la Banque de France à Paris
  • Au printemps : visite du cimetière d’Aurillac
  • Lundi 3 ou mardi 4 août : journée d’été

vie de notre délégation

Sortie régionale des 13-14 septembre entre Chaudes-Aigues et Saint-Flour

Notre parcours, qui démarrait au château de Montvallat par une passionnante visite conduite par les propriétaires, a été un vrai succès puisque nous étions une centaine de participants, dont presque la moitié venait du Puy-de-Dôme.

Cette occasion de faire connaissance avec d’autres adhérents s’est avérée réussie et nous a permis de constater une réelle connivence à l’intérieur du groupe : une aimable complicité qui permet aux uns et aux autres de partager la même curiosité pour le patrimoine, avec les soucis que sa préservation entraîne mais aussi ses joies et ses satisfactions.

L’Allier a proposé que nous reconduisions cette expérience dans deux ans. Nous nous réjouissons de cette perspective de voyage !

Puy-de-Dôme : passation

Béatrice Rochette de Lempdes a passé le flambeau à Philippe Richard, membre de notre délégation et ancien trésorier du Cantal. C’est au magnifique château de Ravel qu’une cérémonie était organisée, en présence de Gaëtane Durand-Lépine et Éric Dupré La Tour. Nous souhaitons à Philippe ainsi qu’à Valérie, son épouse, une réussite aussi complète que possible dans sa mission, active à partir de 2020.

Réunion des délégués VMF à Paris, le 1er octobre

Le siège de notre association avait choisi de réunir les délégués de tous les départements français à la Manufacture royale de Sèvres. L’ordre du jour était chargé puisqu’il fallait présenter les outils mis à la disposition des délégués pour accompagner la modernisation de notre association.

Plusieurs sujets sont à retenir :

  • Le bulletin d’adhésion 2020.

Un certain nombre d’entre vous s’est trouvé un peu perdu au milieu des nombreuses propositions qui correspondent chacune à une option de paiement.

La bonne nouvelle est que vous adhérez au département pour une ou deux personnes automatiquement et qu’à partir du moment où vous êtes abonnés aux magazines, vous pouvez choisir, en plus du Cantal, un ou deux autres départements pour participer à des sorties.

Par ailleurs, pour la tranche d’âge des actifs, une proposition particulière vous est faite : le club « crescendo » qui organisera des activités dans les métropoles régionales, le soir ou le week-end. Cocher cette case se fait en plus du votre choix de département sans supplément : l’idée est de permettre à ceux que la vie professionnelle ou familiale empêche de prendre part aux sorties traditionnelles, de trouver au sein des VMF un lieu de rencontre plus adapté à leurs attentes.

Quant au cercle Anne de Amodio, il fait de vous un mécène et à ce titre vous offre un programme privilégié.

  • Le nouveau site des VMF.

D’ores et déjà vous pouvez aller sur le site : https://www.vmfpatrimoine.org/
La facilité avec laquelle vous pouvez adhérer et choisir vos options offre une solution adaptée à vos besoins.
Pour le reste, nous en reparlerons, les pages des délégations départementales seront actualisées dès janvier 2020.

  • Le magazine P.A.J.

Nous avons la chance de nous voir proposer un magazine numérique en plus de la revue traditionnelle. C’est le premier magazine interactif sur le Patrimoine, ce n’est pas rien !

Pour beaucoup d’entre nous, cette nouveauté offre l’opportunité de se mettre au courant de tout ce qui se passe en matière de patrimoine, en France et dans le monde, dans notre département ou bien un autre, de manière visuelle et documentée, suscitant notre curiosité et notre inventivité. Prenons le temps d’apprécier toutes ces rubriques qui nous sont proposées : elles apportent des informations et aussi des billets d’humeur. Le résultat est très riche. Bravo aux Éditions de l’Esplanade et à l’équipe brillante qui y travaille.

L’interactivité de cette publication lui permet d’accueillir des informations brèves et récentes, chacun d’entre nous a un rôle à y jouer, en transmettant à votre déléguée ou aux membres du comité les sujets qui vous semblent dignes d’intérêt.

Par ailleurs, la rédaction du magazine disposant d’une très large bibliothèque d’images accumulées depuis des dizaines d’années, nous verrons sûrement apparaître dans P.A.J. des photos diverses et variées n’ayant pas pu faire l’objet d’une édition papier.

Je vous invite donc vivement à vous y rendre grâce au lien qui suit : https://www.paj-mag.fr/

d’ici et d’ailleurs

DRAC Auvergne-Rhône-Alpes

Chaque année, le Directeur Régional des Affaires Culturelles de notre région, Monsieur Michel Prosic, organise une présentation des dossiers MH retenus pour les investissements de l’Etat dans les départements.

Pour nous Cantal, cette réunion s’est déroulée en novembre à l’invitation de Madame le Préfet et les associations étaient invitées. Cela nous a permis de mieux comprendre comment il faut présenter les dossiers et quels critères sont primordiaux, par exemple l’étude préalable.

La part que donne la Région (dans le cas où un projet culturel accompagne la restauration) ou le département (dans le cas de bâtiments publics) a été également précisée.

Il apparaît que l’Etat est en mesure, à l’heure actuelle, de donner des crédits importants en matière de sauvegarde du Patrimoine, il n’en sera peut-être pas toujours ainsi.

En tout état de cause, vos demandes sont à adresser à l’ABF, Matthieu Perrin, à l’UDAP d’Aurillac (vous pouvez bien sûr nous contacter).

Saint-Flour

Mi-novembre, le Pays d’Art et d’Histoire a vu son label renouvelé pour dix ans de plus par le Ministère de la Culture. En même temps, son périmètre s’étend désormais sur la Margeride et la Planèze : il inclut Garabit, l’écomusée, les monolithes de la Planèze.

Sandrine Daureil, directrice du PAH, indique : « le plus beau cadeau, c’est de voir qu’on est identifié et reconnu ». Il est vrai que les activités proposées par le PAH sont nombreuses, variées et attirantes. Bravo à eux.

D’un autre côté, Saint-Flour accueillait, vendredi 29 novembre, le troisième congrès des viaducs à grande arche, en vue de faire entrer celui de Garabit à l’UNESCO. Une candidature qui prend corps, c’est un marathon qui débute à peine mais se joue en équipe : le viaduc est associé à celui du Viaur, entre Aveyron et Tarn, aux ponts Müngsten à Solingen en Allemagne, San Michele à Paderno d’Adda en Italie, Maria Pia et Dom Luis I à Porto au Portugal. La signature d’un partenariat avec la SNCF sera une étape importante et un facteur de désenclavement pour le département.

Patrimoine AURHALPIN

Certains d’entre vous connaissent déjà cette fédération d’acteurs du Patrimoine en Auvergne-Rhône-Alpes, basée à Lyon, mais il est toujours intéressant de vous rendre sur leur site (patrimoine-aurhalpin@news-monunivert.com).

Sa présidente récemment élue, Marie-Hélène Château, donne une nouvelle impulsion à la fédération qui informe, réunit, récompense toutes sortes d’associations et organismes publics.

La maison d’éditions associative cantalienne dédiée à la jeunesse, LA VACHE QUI LIT, reçoit cette année une récompense de la part de Patrimoine Aurhalpin qui lui remet un prix de 6 000 euros comme reconnaissance de son travail de sensibilisation au patrimoine de la jeunesse et des familles depuis plus de 10 ans (en 2011, une mention spéciale lui avait été remise à Paris dans le cadre d’un festival national de l’information et de la communication).

Il a été proposé à la présidente de l’association « La vache qui lit », Patricia Rochès, maire de Coren, ancienne adjointe à la culture et vice-présidente communautaire en charge de la culture et du patrimoine (que vous avez eu l’occasion de croiser à plusieurs reprises lors de nos manifestations), d’intégrer le conseil d’administration afin d’être un relais de l’action des acteurs culturels du Cantal à Lyon. Notre délégation VMF est adhérente à la fédération et Patricia Rochès (basée à Saint-Flour) a proposé à Béatrice du Fayet (basée à Mauriac) d’être sa suppléante.

Le Cantal a désormais des relais à Lyon. N’hésitez pas à présenter des dossiers à l’association Patrimoine Aurhalpin : plusieurs catégories de prix existent dont celle du « Projet », et celle de la « Réalisation »

(http://www.patrimoine-environnement.fr/wp-content/uploads/2019/02/Prix-patrimoine-Aurhalpin-Dossier-de-candidature-2019.pdf)

Comme représentantes du Cantal, nous aurons à coeur de faire valoir les actions menées dans notre département : bien entendu, nous sommes donc à l’écoute de tout ce qui peut renseigner le sujet et vous êtes invités à nous signaler l’objet de vos passions ou préoccupations.

Actualités éoliennes

Une réunion de la CDNPS se tient très prochainement à la préfecture du Cantal, à propos d’un projet sur les communes de Parlan et Saint-Saury dont le pétitionnaire est la « Ferme Éolienne de l’Algoux » : 5 éoliennes de 120 m seraient construites par ABO Wind pour une puissance de 44 000 MWh par an.

Tous ceux qui se tiennent informés savent combien cette énergie est actuellement remise en cause et mondialement contestée.

La Vierge de Fridefont

Volée en 2001 à Fridefont, le retour miraculeux de la Vierge noire au manteau.

Plusieurs statues de l’église Saint-Martin avaient été volées. Deux années ont passé depuis le retour de la statue en bois peint du 17ème. L’émotion reste intacte.

Si nous en parlons seulement aujourd’hui confie le maire Pierre Chassang, c’est que nous avions peur qu’elle soit volée à nouveau. Désormais, la statue de la Vierge noire au manteau est protégée par un important système de surveillance.

Le maire a donc reçu un paquet poste contenant la Vierge noire, volée malgré des grilles solides dont les barres avaient été écartées grâce à un cric de voiture.

Le plus incroyable, c’est que la statue a été restaurée !

JEU DE RE-CONNAISSANCE

Réponse au jeu de juin 2019

Cette pierre est appelée « pierre de Belvezin » De trachy-andésite, elle mesure 1m50 sur 1m20 et pèse environ 5 tonnes. Elle est située sur la bordure Nord du plateau du Limon (commune de Saint Saturnin, on la voit au bord de la D3) On pense qu’elle pourrait être :

  • Une stèle reliée à un culte de la Déesse mère de la fin du néolithique (200 – 1600 avt. J.C.).
  • La vision celtisante des décors pourrait amener à une datation de 400 à 200 avt. J.C.
  • Une pierre de bornage du XIème siècle, marquant la limite de territoire entre le fief de Belvezin et les terres de la Grange cistercienne de Graule. Pour en savoir plus rendez-vous sur le site des Archives du Cantal http://archives.cantal.fr/

Recherche pour 2020 : quelle Vierge à l’enfant est représentée sur cette photo ?

Pour cette rubrique, vos suggestions sont les bienvenues, faites-nous découvrir un élément de patrimoine proche de chez vous !