Thématique : Visites Voyages en France Lieux : Ain

Nous étions nombreux, une soixantaine de participants dont plusieurs nouveaux adhérents et certains venant de la Drôme.

Nous avons débuté la journée par la visite du château de Fléchères ; une merveille avec de superbes peintures italiennes réalisées en 1632 par Pietro Ricchi.

Il fut construit en 1606 pour Jean Sève, prévôt des marchands à Lyon, protestant, ce qui explique l’architecture, avec les logis sur les ailes et le lieu de culte au centre (car il ne peut rien y avoir au-dessus de Dieu) et 3 fausses fenêtres, symbolisant la Trinité.

Les actuels propriétaires l’acquièrent en 1998, découvrant puis restaurant les salles peintes.

Nous pénétrons d’abord dans un grand salon avec des scènes de chasse, représentant la lutte contre les vices :

  • La chasse au sanglier évoque les bas instincts de l’homme ;
  • Le lion pour la lutte contre l’orgueil ;
  • Le cerf nous montre la chasse à la mélancolie ;
  • La panthère au miroir, pour nous dire de nous méfier de nos sens et de l’illusion.

La grande cheminée d’époque arbore des lions, pour la ville de Lyon, des cornes d’abondance pour sa prospérité et une licorne – symbole de probité.
Dans le grand escalier, se trouvent de magnifiques peintures murales, plus sensibles aux différences de température que les fresques. Nous entrons ensuite dans la salle à manger qui a pu garder ses boiseries Louis XV d’origine, avec du mobilier lyonnais, dont des chaises Nogaret.

Nous poursuivons dans une première chambre, avec des personnages en armes, parade militaire lors d’une cérémonie en l’honneur d’Henri IV (ci-dessus).

Ensuite, entrons dans une antichambre dont les murs sont couverts de scènes de mythologie, les travaux d’Hercule, symbolisant la lutte contre les péchés capitaux. Après avoir traversé un grand salon, où les peintures n’ont pas encore été restaurées, nous découvrons un décor de perspectives nous montrant que la réalité peut être trompeuse.

Nous terminons par une pièce avec les vertus cardinales : la justice, la force, la tempérance et la prudence avec des colonnes torses qui évoquent la difficile accession de l’homme vers Dieu.

Nous pouvons admirer le magnifique parquet, volé et retrouvé en Belgique qui sera mis en valeur prochainement.

En sortant, un rapide tour de parc avec fontaines et grands ifs taillés et nous retrouvons l’ensemble du groupe pour le déjeuner, pris à Beauregard, avant de partir pour Messimy.

Le château date du XIIIème siècle, au départ, construction militaire avec donjon, pour surveiller le passage de la Saône, une très belle porte et 2 enceintes d’eau : une autour du château et l’autre, autour des remparts. Son propriétaire Marc du Verne est heureux d’avoir pu faire évoluer et transmettre aux nouvelles générations cet héritage ; à l’intérieur, les murs sont recouverts de très beaux tissus de Braquenié.

Nous poursuivons jusqu’à la maison forte de Villon ; construction en briques, ancêtre des mottes castrales appelées poypes ; cour intérieure avec un chemin de ronde.

À l’étage, une grande pièce, l’aula, où se déroulaient les principaux événements de la vie politique du Seigneur. Le sol est composé de 24 carrés de motifs différents en carron (http://www.decouvrir-dombes-valdesaone.fr/types-deconstructions/carron.html).

À quelques kilomètres, nous rejoignons Ars, ville de Saint Jean-Marie Vianney (1786 -1859) qui avait le don de voir dans le cœur des hommes. Il fut béatifié en 1905. La basilique Saint-Sixte fut construite par Pierre Bossan (1814-1888) – architecte de la basilique Notre-Dame de Fourvière, à Lyon – et dédiée à Sainte Philomène.

Il est temps de rentrer, après une journée bien remplie de visites très différentes, de belles rencontres et découvertes de l’Ain !