Au cours de deux jours de promenade dans la Sarthe organisés par Denys et Annick de Lavenne et, sous un beau soleil, nous avons visité des demeures de très grande qualité historique et patrimoniale. Notre car, parti de La Roche-sur-Yon, nous amène aux alentours du Mans.

Château de Pescheseul

C’est à Avoise, commune traversée par la Sarthe et à la limite de la Champagne du Maine et de la Champagne d’Anjou, que Marguerite de Ponton d’Amécourt nous accueille dans son château. Pescheseul appartenait à la grande famille angevine de Champagne-Parcé. Cinq siècles plus tard, c’est au tour de celle des Lévis-Mirepoix de posséder Pescheseul.

À partir de 1701, les fiefs passent aux Barrin de La Galissonnière jusqu’à la Révolution. Propriété de la même famille depuis 1830 le château a été remanié plusieurs fois, l’aile sud ayant été ajoutée en 1836, dessinée dans le style « Troubadour », nouveau style gothique d’inspiration vénitienne par un Tessier de la Mothe. Ainsi nous avons traversé une enfilade de pièces agréablement meublées pour aboutir à un salon rond dont les fenêtres donnent sur le parc. La chapelle actuelle, dédiée à St Hubert, a été achevée en 1888 et s’inspire du mouvement de style Art nouveau.

Château de Martigné en Avessé

Madame Dornier, angevine d’origine et propriétaire, nous présente cette demeure acquise avec son mari, il y a une quinzaine d’années. Le château de Martigné est la possession des Bréhier, originaires de l’Anjou dès la fin du XVe siècle.

Ancienne tour de guet de la motte féodale de Brulon, le château est aujourd’hui le résultat de la fusion de bâtiments des XVe, XVIe et XVIIe siècles. Le grand escalier a été aménagé dans le corps central en remplacement d’escaliers à vis. Un potager du 17e siècle a été rétabli dans un pré attenant.

Château de Dobert

Hélène du Peyroux nous accueille à Dobert avec sa fille Nathalie Le Brethon. Celle-ci nous éclaire avec intérêt sur l’histoire du château. Au XVe siècle Celui-ci n’est alors qu’un manoir, quand une Dobert épouse en 1476 un de Bastard, secrétaire de Louis XI.

À la fin de ce siècle, Urbain de Bastard épouse Marguerite le Vayer, dame de Fontenay, et allonge ainsi son nom en de Bastard de Fontenay. Pour lui donner son aspect actuel de château d’architecture classique, le logis est agrandi au milieu du XVIIIe siècle par Jean-Baptiste de Bastard, capitaine au long cours qui commerçait avec la Chine. Il adjoint en particulier le système hydraulique doté d’un moulin et d’un aqueduc pour irriguer le domaine. Le château se vit ajouter deux longs corps de dépendances. L’ensemble fait l’objet d’une inscription aux monuments historiques depuis 1989.

Logis de Fontenay

Dominant la Vègre d’une vingtaine de mètres, le château du « Logis », aujourd’hui propriété de Madame de Bouillé, construit entre le XIIIe et le XVe siècle. Le bâtiment principal, face au sud, est flanqué de deux petits pavillons, percés de meurtrières permettant de défendre l’accès à la cour intérieure. Une très grande cave voûtée relie deux corps de bâtiment.

Cet ensemble succède en fait à un premier château remontant au XIIIe siècle. En effet, à la fin du XVe siècle, la famille de Bastard, propriétaire des lieux, lasse de réparer les dégâts de la guerre de Cent Ans qui s’achève, préfère reconstruire un nouveau manoir. Le rez-de-chaussée est doté de trois portes aux arêtes chanfreinées et l’étage de trois fenêtres à meneaux. Sur la façade se trouve une tourelle à six pans agrémentée d’une porte encadrée par une haute accolade et couronnée d’un hourd d’ardoise. Elle contient un escalier à vis, en pierre.

Le Mans, visite du vieux Mans

La cathédrale Saint-Julien, consacrée en 1126, est un édifice construit entre le XIe et le XVe siècle. Elle s’est métamorphosée au fil des siècles, au gré des styles architecturaux et des maîtres d’œuvre. La nef, reprise et voûtée sous les Plantagenêt, est de style roman tandis que le chœur et les transepts gothiques affirment la puissance capétienne de Philippe Auguste. Le chevet de la cathédrale, avec ses arcs- boutants en Y renversé est un sommet de l’art gothique.

Nous découvrons les anges musiciens de la chapelle de la vierge peints sur la voute au XIVe siècle, ainsi qu’un vitrail du XIIe siècle représentant l’Ascension, un des plus vieux vitraux de France.

Notre guide nous emmène ensuite au travers du vieux Mans admirer les maisons à colombage. Nous rejoindrons ainsi, à pied, notre hôtel du bord de la Sarthe.

Château de Verdigné

Nous sommes reçus par Philippe Gagnot, propriétaire avec son frère, depuis 21 ans. Au cours de la visite, notre guide nous explique les modifications apportées à cette demeure. Le Manoir de Verdigné est construit en 1550, par Thibault Bouju, juge criminel au Mans selon un plan type de demeure de Philibert Delorme, l’architecte de François Ier et d’Henri II.

Remanié en 1580 en place forte, il est équipé de fenêtres extérieures à 3 m du sol, d’une quarantaine de meurtrières et entouré de 450 m de douves dotées d’un pont levis. En 1562, Thibault Bouju des Marais, protestant, participe avec Jehan de Vignolles au saccage de la ville du Mans et de sa cathédrale Saint Julien. Condamné à la pendaison, puis gracié en 1563, il se retire à Verdigné.

Le manoir ne sera plus habité après 1628. Il est inscrit au titre des Monuments historiques depuis ce temps. En 2017 la charpente et couverture de la tour Nord- Est furent restaurées avec un dôme à impériale selon les techniques de Philibert Delorme.

Donjon de Ballon

Ancienne forteresse aux portes du Maine, le donjon de Ballon dresse ses défenses sur un éperon rocheux face à la Normandie depuis plus de 1 000 ans. Propriété de Monsieur et Madame Guéroult, nous y déjeunons agréablement dans un cadre moyenâgeux, avant la visite conduite par Madame Guéroult.

A la fin de la guerre de cent ans, les Anglais rasèrent la forteresse. C’est alors que Renée de Maillé, dame de Ballon, épousa en 1452, Jacques de Surgère, chambellan du roi. Ce seigneur, riche et puissant, commença, à partir de 1469, la reconstruction du donjon. La réédification du château fut terminée par Jeannot d’Iynurse en 1505.

Le château se présente aujourd’hui sous la forme d’un donjon entouré d’une enceinte et de fossés. Ces derniers, fortement remaniés au XVe siècle, sont très anciens. Cette tour de quatre étages est couronnée d’une galerie supérieure sur mâchicoulis. Le Château de Ballon est classé Monument Historique depuis 1923 et son site est inscrit. Le Donjon de Ballon est entouré de jardins médiévaux ou d’inspiration renaissance. Ses jardins sont classés Jardin Remarquable.

Château de la Renaudière à Neuvy-en-Champagne

Pierre de Mascureau, délégué régional, et son épouse nous y accueillent pour la dernière étape avant le retour vers la Vendée. Inscrit au titre des monuments historiques depuis 1991, le Château de la Renaudière est reconstruit principalement en 1540 par Louis d’Orvaux. En 1690 la famille Rivault dont un oncle, David Rivault de Florence, était le précepteur de Louis XIII, en est propriétaire.

Peu avant 1830, Yorick Rivault a remis l’ensemble au goût du jour en abattant les bâtiments entourant la cour, construisant des tours et tourelles et ajoutant de nombreuses fenêtres de style du XVe siècle. La chapelle Renaissance a été remplacée en 1842 par une chapelle de style roman séparée du logis. Ses vitraux racontent la vie de St Louis. Le château domine de nombreux étangs.

Le coup de l’étrier, offert par nos hôtes, clôture cette sortie en Sarthe.