Magazine n°243 – Mai 2012

Henri IV, qui tenait à ce pays par sa grand-mère, Marguerite de Navarre, issue de la brillante lignée des Valois-Angoulême dont sortit François Ier, qualifia un jour la Charente de »plus joli ruisseau du royaume ». Indéniablement joli, mais aussi utile, puisque ce fleuve, canalisé au XVIIIe siècle seulement, était déjà navigable à l’âge du fer et que, tout au long de l’histoire, il servit au transport des marchandises vers l’océan tandis que s’établissaient sur ses rives des moulins, des pêcheries, plus tard des usines. Le sel d’abord, l’eau-de-vie de cognac ensuite, le papier aussi, ont contribué à la prospérité de ce territoire formé de l’Angoumois et du Cognaçais, dont les limites épousent à peu près celles du département.

Catégorie :

Montant

9,70