Loir-et-Cher

Loir-et-Cher

Magazine n°263 - septembre 2015

Le numéro 263 de la Revue VMF de septembre 2015 met à l’honneur le Loir-et-Cher. Partez à la découverte des trésors, souvent méconnus, de ce département situé au coeur du Val de Loire.

Au sommaire : l’art du décor peint, Blois et ses églises, le château de Meslay…

Également dans ce numéro, un reportage sur le lauréat 2015 du prix Jardin contemporain et patrimoine : le jardin du château de Picomtal dans les Hautes-Alpes, ainsi qu’un cahier spécial de 16 pages sur les plus belles restaurations primées par VMF et ses mécènes en 2015.

Prix : 9,90 €

← Retour à la Boutique

EDITO

 
Du Vendômois et du Blésois, qui forment à eux deux, si on leur ajoute la vallée du Cher, une bonne moitié du département de Loir-et-Cher, quelques images s’imposent.

Outre les villages troglodytiques et les églises à fresques, outre les fiers donjons ruinés ou les manoirs modestes et charmants comme celui de Ronsard, on aura garde d’oublier les grandes demeures de plaisance marquées du sceau de la Renaissance, édifiées par les officiers et dignitaires de la Couronne à proximité de Blois, où le château, embelli par Louis XII, par François Ier puis par Gaston d’Orléans, témoigne de la prédilection que souverains et princes du sang éprouvèrent pour cette résidence dominant la Loire.

Comme toujours, ces images, aussi séduisantes soient-elles, ne suffisent pas à rendre compte de la richesse d’un territoire où de nombreux lieux, quelque peu oubliés parfois des circuits touristiques, méritent d’être découverts. Blois recèle de ces trésors, qui s’égrènent aussi, en marge des routes campagnardes, dans le secret des maisons, des prieurés, des abbayes, de tant de sites chargés d’histoire. Ce dossier vous emmène à leur rencontre.

UN PATRIMOINE RELIGIEUX À PRÉSERVER

Cornilly : la renaissance d’une abbaye meurtrie

 

Le logis des abbés aujourd'hui restauré © Bernard Galéron

Au sud de Blois, sur le territoire de la commune de Choussy, l’abbaye de Cornilly fut fondée au XIe siècle par des moines bénédictins venus d’Italie. Pillée pendant la guerre de Cent Ans, vendue comme bien national à la Révolution, elle fut transformée en ferme et conserva cette destination jusque dans les années 1960. Les propriétaires de ce lieu méconnu s’attachent depuis des années à panser ses blessures. Une obstination récompensée en 2012 par un prix départemental VMF.

Le musée d’art religieux de Blois :  trésors des églises d’autrefois

Installé au premier étage de l’ancien couvent des Jacobins, le musée d’art religieux conserve une importante collection d’objets témoignant aussi bien de l’histoire des paroisses du diocèse que des manifestations et de la dévotion populaire. Découverte de ce lieu foisonnant, dont la surface d’exposition, restreinte, est prolongée par de vastes réserves, en compagnie de Jean-Paul Sauvage, son conservateur.

Églises blésoises : un patrimoine à travers les siècles

L'église Saint-Vincent © Bernard Galéron

Chef-lieu du département de Loir-et-Cher, aujourd’hui peuplé de près de 46 000 habitants, Blois, où résidèrent plusieurs princes et qui fut pendant un siècle ville royale, possède un riche patrimoine religieux représentatif de diverses époques, dont le XXe siècle. Rapide tour d’horizon des édifices les plus remarquables de la cité, dont l’entretien, la mise en valeur et la préservation sont, pour une cité de taille moyenne, une préoccupation aussi constante que légitime.

 

 

 

 

 

 

 

DES DOMAINES TÉMOINS D’UNE RICHE HISTOIRE AGRICOLE 

Châtelains-agronomes et agriculteurs

La ferme modèle de Villelouet © Bernard Galéron

De la fin de l’Ancien Régime à la fin du Second Empire, entre châteaux et champs, domaines modèles et fermes écoles, sociétés d’agriculture et comices agricoles, se profilent les images d’une élite provinciale un peu oubliée aujourd’hui. Elle fut pourtant, avec passion et une remarquable volonté d’exemplarité, le « fer de lance » de la modernisation du Loir-et-Cher agricole. Retour sur cette histoire à travers l’évocation de quelques domaines, comme celui de Villelouet, à Chailles, où subsiste une ferme modèle ou Cheverny, qui a conservé ses magnifiques communs.

 

 

DANS LES CHÂTEAUX ET LES DEMEURES, IL REDONNE VIE AUX DÉCORS MURAUX

Restaurateur de peinture : un artiste scientifique

Un restaurateur à l'oeuvre dans la chapelle du château de Boismorand © Atelier Moulinier

 

Brice Moulinier est à la tête d’un atelier de restauration de peintures murales installé à Blois, au cœur d’un département qui, à travers nombre d’édifices remarquables, civils ou religieux, comme le château des Grotteaux, à Huisseau-sur-Cosson, ou l’hôtel Sardini, à Blois, offre un ensemble exceptionnel d’œuvres de toutes époques. Un riche champ d’intervention pour ce passionné, intarissable quand il s’agit d’évoquer son métier. 

UN PATRIMOINE INSOUPÇONNÉ Á DÉCOUVRIR

Au château de La Pigeonnière : une bibliothèque ouverte sur le monde

Construit au XVIIe siècle, le château de La Pigeonnière fut acquis en 1840 par la veuve de Prosper de Froberville, issu d’une branche, fixée à l’île Maurice, d’une vieille famille normande plus tard établie dans le Blésois et l’Orléanais. Leur fils Eugène, géographe et ethnographe, est à l’origine de la création d’une exceptionnelle bibliothèque dont le décor invite au voyage. Son arrière-arrière petite-fille, Alexandrine Lasseron, propriétaire du château depuis 2011, œuvre à la restauration de ce patrimoine exceptionnel.

D’un évêché à l’autre : prélat en leurs 

L'hôtel de ville et la cathédrale de Blois © Bernard Galéron

Depuis sa création, en 1697, le diocèse de Blois, qui a aujourd’hui à sa tête Monseigneur Jean-Pierre Batut, a connu dix-neuf évêques, dont le fameux l’abbé Grégoire, seul évêque constitutionnel de son histoire. Le palais épiscopal, vaste édifice classique dont la silhouette, bien visible depuis la Loire, marque la ville de sa présence, n’est plus aujourd’hui leur résidence, mais les prélats vivent toujours au cœur de la cité, tout près de la cathédrale, dans un bel hôtel particulier au décor raffiné dont les portes s’ouvrent exceptionnellement pour VMF.

 

 

 

Insolites troglodytes : les communs de Rochambeau

 

Dans le riche patrimoine troglodyte de la vallée du Loir, les communs du château de Rochambeau, à Thoré-la-Rochette, occupent une place à part. Ils la doivent à leurs dimensions spectaculaires, à leur organisation remarquablement fonctionnelle, à leur architecture théâtrale ainsi qu’à leur atmosphère onirique.

Meslay : la passion d’une famille

La façade ouest du château ouvrant sur le parc © Bernard Galéron

 À quelques kilomètres de Vendôme, le château de Meslay, harmonieuse demeure classique bâtie en pierre de Rochambeau, est implanté dans un site remarquable en bordure du Loir. Les descendants de Jean-François de La Porte, qui fit bâtir le château sous le règne de Louis XV, cultivent la mémoire de leur aïeul, un fermier général éclairé qui créa dans le village, entièrement remodelé par ses soins, une manufacture de cotonnades.

 

 

Quelques sites et édifices à découvrir

Pour découvrir la promenade buissonnière préparée pour vous par la rédaction de la revue, cliquez sur l’image 

 

 

 

 Un circuit insolite vous emmène à la découverte de quelques lieux comme l’ancien site de la chocolaterie Poulain, à Blois, les jardins de La Mardelle, à Artins, ou les ruines de l’abbaye de la Guiche, à Chouzy-sur-Cisse. Pour donner au lecteur l’envie de découvrir de ses propres yeux quelques joyaux patrimoniaux du département. Une carte permet de localiser les sites et édifices évoqués dans le dossier, en indiquant s’ils sont ouverts à la visite ou visibles depuis la voie publique.

SITES OUVERTS OU ACCESSIBLES AU PUBLIC

BLOIS

Basilique Notre-Dame de la Trinité

18, rue Monin et 10, boulevard Carnot

02 54 78 18 23

Horaires : tous les jours, de 9h00 à 20h00.

Cathédrale Saint-Louis

Place Saint-Louis

02 54 78 17 90

Château

6, place du Château

www.chateaudeblois.fr

02 54 90 33 33

Horaires : du 2 janvier  au 31 mars, de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h30. Du 1er avril au 30 juin, de 9h à 18h30. Du 1er juillet au 31 août, de 9h à 19h00. Du 1er au 30 septembre, de 9h à 18h30. Du  1er octobre au 1er novembre, de 9h à 18h00. Du 2 novembre au 31 décembre, de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h30.

Église Saint-Nicolas, ancienne abbaye Saint-Lomer

Parvis Saint-Nicolas

Horaires : tous les jours de 9h00 à 18h30.

02 54 78 17 90

Église Saint-Saturnin

13, rue Munier

Horaires d’ouverture : tous les jours, de 9h00 à 18h00.

02 54 78 12 16

Hôtel de ville (ancien palais épiscopal)

Place Saint-Louis

02 54 44 50 50

Ouverture : du lundi au vendredi, de 9h à 17 h. Le samedi, de 9h à 11h45.

Musée diocésain d’Art religieux

2, rue Anne-de-Bretagne

02 54 78 17 14

Horaires : du mardi au samedi, de 14h00 à 18h00.

Roseraie de l’Évêché

Impasse Saint-Jean

02 54 44 50 50

Ouverture : du 15 mai au 30 septembre, du lundi au vendredi de 11h à 18h30. Les week-end et jours fériés de 14h à 18h30.

Tour Beauvoir

Rue des Cordeliers

Visite sur demande. Appeler au préalable au 06 88 15 62 64.

BOURRÉ

Ville souterraine

40, route des Roches

Visite duo avec le site de la champignonnière à 10h, 11h, 14h et 15h.

02 54 32 95 33

CHAILLES

Château de Villelouet

38, rue du Plessis

Visite sur rendez-vous (06 07 83 06 86)

CHAUMONT-SUR-LOIRE

Château, jardins et ferme

Ouvert toute l’année de 10h à 16h en hiver. De 10h à 17h30-18h en été.

02 54 20 99 22

www.domaine-chaumont.fr

CHEVERNY

Château de Cheverny

Avenue du Château

02 54 79 96 29

Horaires : du 1er janvier au 31 mars, ouvert de 10h00 à 17h00 sans interruption. Du 1er avril au 31 octobre, ouvert de 9h15 à 18h30. Du 1er novembre au 31 décembre, ouvert de 10h00 à 17h00.

CHOUZY-SUR-CISSE

Abbaye de la Guiche

06 22 08 38 96

www.abbayedelaguiche.fr

Ouvert sur rendez-vous et lors des Journées du patrimoine. Accès par la route départementale C35, au niveau du lieu-dit le Pont Bourdon, au nord de Chouzy-sur-Cisse.

LAVARDIN

Église Saint-Genest

2, Saint-Nicolas

02 54 85 07 74

Ouverte tous les jours de 9h à 18h.

THORÉ-LA-ROCHETTE

Château de Rochambeau

1, hameau de Rochambeau

02 54 72 85 34

Visite des extérieurs uniquement

TOUR-EN-SOLOGNE

Château de Villesavin

02 54 46 42 88 Horaires : du 1er mars au 31 mai, de 10h à 12h et de 14h à 19h (fermé le jeudi en mars). Du 1er juin au 30 septembre, de 10h à 19h. Du 1er octobre au 15 novembre, de 10h à 12h et de 14h à 18h (fermé le jeudi en novembre). Fermeture annuelle du 15 novembre au 1er mars.

 

SITES OUVERTS OCCASIONNELLEMENT (SE RENSEIGNER AU PRÉALABLE)

 

ARTINS

Jardins de La Mardelle

Le vieux bourg d’Artins

02 54 72 57 28

www.jardindelamardelle.fr

Ouvert en mai et juin (week-ends et jours fériés), juillet-août (tous les jours sauf le jeudi) et aux Journées du patrimoine. Hors de ces horaires, visite sur demande.

 BLOIS

Aître Saint-Saturnin

Rue Munier

Ouverture traditionnelle lors des Journées du patrimoine. Pour les Journées 2015, se renseigner préalablement en appelant le 02 54 90 33 32.

Évêché

2, rue Porte-Clos-Haut

02 54 56 40 50

MESLAY

 

Château de Meslay

19, allée du Château

02 54 89 50 42

www.facebook.com/chateaudemeslay

PONTLEVOY

 

Manoir de La Charmoise

02 54 32 50 49

SAINT-AIGNAN

 

Villa Rose

18, avenue Gambetta

SAINT-DENIS-SUR-LOIRE

 

Jardins du château

1, rue de la Loire

www.thermesdesaintdenissurloire.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PRIX JARDIN contemporain et patrimoine

Près d’Embrun, Picomtal : splendide réinterprétation d’un jardin provençal du XIIIe siècle

 

Le mont Guillaume se détache derrière le jardin © Philippe Perdereau

Inspiré par l’histoire comme par le paysage fabuleux qui l’entoure, le jardin du château de Picomtal, à Crots (Hautes-Alpes), est le lauréat 2015 du prix VMF Jardin contemporain et patrimoine. Remontant à 2001, cette création du paysagiste Loïc Pianfetti dialogue avec un château du XVIe siècle, flanqué de quatre tours, sur un site occupé depuis le Moyen Âge, en bordure du lac de Serre-Ponçon.

 

 

 

 

PRIX DE SAUVEGARDE VMF

Cahier spécial : les plus belles restaurations primées en 2015

Le Panoramique du château de l'Hopiteau primé cette année ©VMF

Par thématique, retrouvez dans un cahier de 16 pages les restaurations primées cette année par l’Association VMF et ses mécènes. Des vingt-deux édifices récompensés, chacun possède un profil différent : manoir breton restauré par un passionné, villa Art Déco aux mosaïques retrouvant leurs couleurs ou chapelle réaffectée… chaque lieu a une histoire bien singulière à raconter.

L’avis des délégués VMF et des mécènes vient apporter un éclairage complémentaire à cette présentation.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ACTU DU PATRIMOINE : DÉBAT

Loi patrimoine : un débat à hauts risques

 

Saint-Tropez, haut lieu touristique au PLU critiqué ©Camille Moreinc

Le texte aura-t-il la portée espérée ? Avec deux ans de retard, c’est un projet de loi nettement moins ambitieux qu’annoncé qui a été présenté début juillet par le ministère de la Culture. Plusieurs élus dénoncent déjà un risque d’affaiblissement des protections. État des lieux avant le débat parlementaire de l’automne.

 

PATRIMOINE EN MOUVEMENT ACTEURS, ENJEUX, INITIATIVES

La parole à Joëlle Redon, déléguée VMF

L’actuelle déléguée VMF de Loir-et-Cher nous parle des actions qu’elle mène pour une meilleure transmission des savoir-faire. Ce souci de transmission s’exprime également à travers le passage des demeures d’une génération à l’autre.

À la Villa Rose, l’art du décor revit

Les décors extérieurs de la Villa Rose retrouvent leurs couleurs © Corinne Tual

Située à Saint-Aignan, petit ville du sud du département, la Villa Rose, édifiée dans les années 1920, doit son nom au décor peint de ses façades, réalisé par des artistes italiens. Ses propriétaires actuels ont redonné vie à cette maison, dont les façades ont été restaurées par une équipe d’artisans d’art.

 

 

 

 

Quel avenir pour l’abbaye de Pontlevoy ?

Fondée en 1034, l’abbaye, placée depuis des siècles sous le signe de l’enseignement, tour à tour comme « séminaire d’écoliers », collège militaire puis centre d’apprentissage, abrite aujourd’hui un établissement dépendant d’une université américaine. Mais une incertitude plane aujourd’hui sur le devenir de ces vastes bâtiments, porteurs d’une mémoire multiséculaire.