Prix Jardin Contemporain et Patrimoine

bandeau-prix-jardinPhilosophie du prix

illus-prix-jardinLe Prix Jardin Contemporain & Patrimoine a pour objet de récompenser la création ou la réhabilitation de jardins dans les lieux de patrimoine. Ce prix de l’Association VMF a été mis en place en 2014 grâce au mécénat de Ernest-Tom Loumaye.

Venant ainsi compléter la gamme des distinctions décernées aux propriétaires de belles demeures, ce prix vise à encourager la valorisation d’édifices anciens. Depuis 2016, il récompense en alternance la création de jardins contemporains et la réhabilitation de jardins traditionnels, par les prix suivants :

« Prix Jardin Contemporain & Patrimoine : réhabilitation »
« Prix Jardin Contemporain & Patrimoine : création »

Voulant jouer un rôle de découvreur, le prix s’attache à dénicher et faire connaître des sites où s’illustrent l’originalité et la créativité, en adéquation avec l’esprit des lieux.

Qu’est-ce qu’un jardin traditionnel ?

Le « Prix Jardin Contemporain & Patrimoine : réhabilitation » s’attache à récompenser des jardins réhabilités pour la qualité de leur réalisation. Le jardin réhabilité doit être le « beau dehors », l’écrin de la maison. D’influence diverse (anglaise, allemande, italienne…), son résultat doit avoir un intérêt botanique, architectural (sa structure) et aucune limite dans le temps (il peut avoir été créé il y a 20 ans comme 150 !).

Qu’est-ce qu’un jardin contemporain ?

Si la restitution de jardins historiques est souvent de mise dans de tels contextes, le « Prix Jardin Contemporain & Patrimoine : création » s’intéresse quant à lui à la création paysagère d’aujourd’hui et cherche à récompenser l’innovation. « C’est évidemment fondamental de maintenir et de conserver le patrimoine, mais chaque génération doit apporter sa contribution » d’après Ernest-Tom Loumaye.

Le Jury

Le jury est présidé par William Christie, célèbre chef-d’orchestre des Arts florissants, à l’origine des fabuleuses constructions végétales de Thiré, en Vendée.

Il réunit les personnalités suivantes :

 

Palmarès 2018

En 2018, le « Prix Jardin Contemporain & Patrimoine : Réhabilitation » a pour objet de récompenser des jardins réalisés durant les 30 dernières années, en harmonie avec un bâtiment de qualité.

lauréats ex-ÆQUO du prix 2018:

Les 2 lauréats remportent un reportage photographique de grande qualité et la publication d’un reportage de plusieurs pages dans un numéro du magazine VMF.

abbaye de combelongue (09)

© Eric Sander/ VMF

Un peu d’histoire :

Nichée au fond d’un vallon verdoyant et boisé où l’eau abonde, l’abbaye de Combelongue, dont les origines remontent à 1138, est entièrement construite en briques dans un style mêlant le roman au « mudéjar » de manière insolite. Lorsque le propriétaire l’acquiert en 1991, les vestiges de l’abbaye menacent ruine. Emerveillé par la beauté du site, Jean-Luc Mirguet-Avanzi décide de lui redonner sa structure sans détruire l’esprit du lieu.

Les travaux de restauration :

Le paysage de prairies, d’arbres et de haies qu’on pourrait croire ancré depuis la fondation de l’abbaye a été réhabilité par M. Mirguet-Avanzi après l’acquisition des terres alentours : une allée de gazon a été notamment créée pour prolonger l’axe est-ouest de l’église. Une prairie rustique, prolongée par un paysage campagnard, sert d’écrin à cet ensemble. Plusieurs séquences sont également organisées autour d’un alignement de marronniers et de tilleuls constituant un enchaînement de salles dominantes vertes, séparées par des haies de hêtres ou de charmes. Il y a comme une évidence dans le jardin de l’abbaye de Combelongue : tout est à sa place, en accord avec le génie du lieu avec une élégante simplicité champêtre.

 

jardin des cinq sens (74)

© Eric Sander/ VMF

© Eric Sander/ VMF

Un peu d’histoire 

Situé à Yvoire, petite commune située sur la rive française du Lac Léman, le château, qui était le donjon de l’ancien village fortifié construit au début du XIVe siècle, surplombe le lac et confère au village beaucoup de charme, d’équilibre et de beauté. C’est en 1986, sous l’impulsion de M. et Mme d’Yvoire, du paysagiste Alain Richert, de l’architecte Bruno d’Yvoire et de l’entrepreneur-paysagiste André Gayraud que commence la création d’un jardin conçu sous forme de labyrinthe et conservant le style de l’art des jardins du Moyen-âge.

Le Jardin des Cinq Sens est un jardin vivant, animé par une équipe de passionnés qui font partager leur enthousiasme à garder ce lieu et l’accompagner dans le temps

Les travaux de restauration

Le Jardin des Cinq Sens propose une véritable expérience sensorielle : depuis sa création, la palette végétale s’est enrichie dans le respect de l’esprit originel. Dans son projet, le paysagiste, Alain Richert avait intégré la plupart des arbres du vieux verger dans les haies de charmes, conférant au lieu une poésie toujours entretenue aujourd’hui : chaque arbre remplacé l’est avec la même règle, attentive à la composition d’ensemble.

Les salles cloisonnées par les haies constituent un intérieur raffiné et protecteur tout en maintenant le lien avec le paysage : en fond le château hiératique, du côté du lac, et côté village le clocher brillant et tout un ensemble de vieilles maisons. Tout ce décor est souligné au premier plan par l’arête vibrante des charmilles, d’où s’échappent quelques vieux pommiers.

La qualité esthétique du jardin a constitué l’un des premiers critères de sélection du jury constitué de William Christie, chef-d’orchestre des Arts florissants, président du jury, Michel Audouy, enseignant à l’École Nationale Supérieure de Paysage de Versailles et secrétaire général de la Férédation Française du Paysage, Andrew J. Ayers, chercheur et auteur, Columbia University, Chantal Colleu-Dumond, directrice du domaine et du festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire, Véra de Commarque, vice-présidente du Comité des Parcs et Jardins de France, déléguée VMF de Dordogne, Patrice Fustier, propriétaire du Domaine de Courson, Pierre-André Lablaude, architecte en chef du domaine de Versailles, en charge du parc, Ernest-Tom Loumaye, amateur éclairé, mécène du prix, Jean-Baptiste Rendu, rédacteur en chef du Magazine VMF, Alix de Saint Venant, paysagiste, Philippe Toussaint, président de VMF, Gaëtane Durand Lépine, secrétaire générale de VMF.

L’appel à candidatures est clos pour 2018, mais vous pouvez toujours consulter le formulaire de candidature et le règlement :

TÉLÉCHARGER LE DOSSIER DE CANDIDATURE

Télécharger le réglement

Contact : Caroline de Sagazan
Association VMF – 93 rue de l’Université – 75007 Paris
caroline.desagazan@vmfpatrimoine.org

 

Palmarès des éditions précédentes

Lauréat 2014 : La Chabaude, dans le VaucluseLauréat 2015 : le jardin de Picomtal, dans les Hautes-AlpesLauréat 2016 : les Jardins Suspendus du HavreLauréats 2017 : le jardin de Silière (Haute-Marne), le jardin du Manoir aux loups (Nord) et le jardin du Manoir de Favry (Mayenne)