DEUXIEME PRIX DES DELEGUES VMF 2012 – 8 000 €

Château de Rilhac-Xaintrie - Corrèze

Un exemple de château mêlant aspect défensif et résidentiel

 La construction du château de Rilhac-Xaintrie a débuté au XIVème siècle : du granit a été utilisé pour les parties architecturées, du schiste pour les élévations et de la lauze pour les couvertures. Mais son aspect actuel est essentiellement du à deux campagnes de construction. La première en 1530 a remanié l’édifice primitif dans un style gothique. Fin XVIe siècle, Jean de Rilhac décide de renforcer son aspect défensif, édifiant une grosse tour et un important appareil défensif. La puissante famille de Rilhac, resta propriétaire du château jusqu’au XVIIème siècle. Victime au XIXème siècle d’un incendie qui ravagea une aile du château et la chapelle, il fut de nouveau restauré. Un long abandon au XXème siècle, a permis de préserver sa structure médiévale d’origine et d’être actuellement un exemple reconnu de fusion entre la fonction défensive du bâtiment et sa fonction résidentielle. Il est aujourd’hui composé d’un grand corps de logis avec une tour d’escalier à vis au centre de la façade, et flanqué par une grosse tour ronde à l’une de ses extrémités. A l’opposé, une maison paysanne a été édifiée au XIXème siècle.

Une vision globale des restaurations extérieures et intérieures

Lors du rachat en 1998, le château était rongé par l’humidité et menaçait ruine, malgré une récente mise hors d’eau d’urgence. Trois campagnes de fouilles archéologiques furent menées par les propriétaires, avant la campagne de travaux. Celles-ci ont notamment révélé la richesse des décors intérieurs : salles voûtées, cheminées monumentales, plafonds à la française avec des traces de polychromie, enduits du XVIème siècle, charpente carénée. La restauration fut menée avec l’ objectif de restituer globalement l’aspect intérieur et extérieur du château et sa distribution d’origine, tout en l’adaptant aux normes actuelles. Les travaux se sont réalisés en deux phases. La première, débutée en 2003 après une étude préalable, visait la structure et l’extérieur de l’édifice : l’ensemble des maçonneries, charpentes, couvertures et planchers fragilisés par l’humidité ont été restaurés jusqu’en 2006. La seconde phase des travaux, actuellement en cours, s’attache quant à elle à la restauration et à l’aménagement des intérieurs.

Un prix pour récompenser une restauration de qualité portée sur la durée

Ce second prix des délégués VMF salue la qualité des restaurations mises en œuvre par les propriétaires depuis près de vingt ans. Il va ainsi leur permettre de poursuivre les aménagements intérieurs, et en particulier de restaurer le dallage de pierres de taille des caves voûtées qui devraient être ouvertes au public en été 2013.


Voir aussi

Délégation

Délégation de Corrèze

Mécène