PRIX APONEM-DEBURAUX 2010 : 4 000 €

Chapelle funéraire Marmiche - Gironde

Une chapelle de style néoclassique…

avant travaux ©EMDL

Cette chapelle funéraire néoclassique, érigée en 1837 pour le négociant Guillaume Marmiche en mémoire de son épouse Euphrosine décédée prématurément à 25 ans, se situe dans le cimetière de la Chartreuse de Bordeaux. Petit temple tétrastyle dorique romain, il est dédié à l’amitié conjugale et encadré de deux sculptures personnifiant le Désespoir et l’Absolue Tristesse.
Cette chapelle repose sur une cave en pierre de taille à laquelle on accède par un escalier souterrain à l’avant du monument. Un péristyle de quatre colonnes, surmonté d’un fronton triangulaire portant une croix, précède la chapelle proprement dite. La façade sous le péristyle est abondamment sculptée et surmontée d’un fronton lui aussi historié. Les autres façades sont nues et se terminent par une corniche en pierre. La toiture en dalles de pierre est percée d’un puits de jour.
La chapelle est encore en bon état, sans fissure majeure, mais elle n’a fait l’objet d’aucun entretien depuis sa construction. La pierre a été endommagée par les intempéries et les sculptures ont souffert de corrosion. La toiture n’est plus étanche. La végétation s’est installée entre les pierres. Le puits du jour a également perdu sa verrière et trois des façades ont été enduites de peinture goudronnée noire.

… qui a suscité l’intérêt d’un mécène

Sculptures de la chapelle Marmiche ©EMDL

Quand Eric Mirieu de Labarre achète cet édifice en 2008, il décide avec son frère de faire de ce monument une sépulture familiale. D’importants travaux ont débuté : dépôt de la grille entourant la concession, en raison de son caractère très postérieur à la construction, nettoyage de l’ensemble des façades intérieures et extérieures, remplacement des pierres endommagées, restauration des corniches et sculptures. La rénovation des sols et la réfection de la toiture et des corniches sont également entreprises.
La maison de vente APONEM-DEBURAUX a le plaisir de doter cette année encore les VMF d’un prix de sauvegarde destiné à récompenser la restauration d’un monument à vocation cultuelle. Ce prix permettra de terminer la restauration de cette chapelle et de lui redonner tout son caractère, qui inspira ces quelques mots à Stendhal : « Joli, très joli petit temple grec avec quatre colonnes élevé par M. Marmiche à l’amitié conjugale… Il n’y a peut être rien d’aussi bon goût que ce temple au Père Lachaise. » (Mémoires d’un touriste, 1838).


Voir aussi

Délégation

Délégation de la Gironde

Mécène