GRAND PRIX VMF 2010 : 10 000 €

Château de La Grande Courbe - Mayenne

Un ensemble castral dans un état très préoccupant

avant travaux ©HG

L’enceinte du château de la Grande Courbe est protégée par des douves en eau, l’ensemble formant une île dont l’unique accès était le pont-levis, aujourd’hui disparu. A droite se trouvent les bâtiments de service : une grange, des logements avec cheminées et une étable. Autrefois, ils étaient reliés au mur d’enceinte pour une meilleure défense de l’ensemble.

 Au fond de la cour a été édifié le logis seigneurial, composé de trois parties. La Petite Salle du XIVe servait de logement privé. La Grande Salle, lieu d’exercice du pouvoir, date de la même période. Elle a conservé son décor de frises d’écus et de fresques représentant des scènes de chasse. Le logis neuf datant des XVe et XVIe est flanqué de quatre tours. Enfin une grande tour, communément appelée le donjon, permettait l’accès au logis seigneurial par un imposant escalier à vis en granit. Affermée à partir du XVIIe, la Grande Courbe devient un bien de rapport et se dégrade progressivement.

La ténacité des nouveaux propriétaires

après travaux ©HG

M. Gérolami, délégué VMF de la Mayenne, raconte : « Lorsqu’en novembre 1972 je suis rentré pour la première fois dans la grande cour de Brée, j’avoue avoir été impressionné par l’ampleur des travaux qui s’imposaient. Les propriétaires venaient passer la fin de semaine pour prendre l’air, et de l’air il y en avait ! Le vent soufflait, y compris dans le grand salon ! On trouvait au centre de cette pièce une toile de tente qui protégeait un camping gaz des intempéries, l’endroit servant à l’époque de cuisine provisoire. Tout était à faire ! L’eau de la Jouanne, la rivière qui alimente les douves, léchait le sol de la pièce. Je me suis dit alors qu’il fallait plusieurs vies d’homme pour venir à bout de tels travaux. » 

En quarante ans, les propriétaires ont refait les charpentes et couvertures qui étaient soit inexistantes soit réduites en hauteur. Ils ont aussi restauré les ouvrages en pierre de taille : frontons, fenêtres à meneaux et corniches. M. Philippe Bézénech, architecte des Bâtiments de France, salue ces « travaux importants de restauration, qui sont allés bien au-delà d’un simple sauvetage, pour, en fait, restituer un état d’origine ».

Une restauration remarquable mais loin d’être finie

Après ©HG

 Ce Grand Prix VMF récompense quatre décennies de restauration. Il permettra d’encourager la suite des travaux, notamment la remise en état du sol de la Grande Salle, actuellement en terre battue, et la réfection complète des couvertures des tours hexagonales du XVe et ronde du XVIe.

 


Voir aussi

Délégation

Délégation de la Mayenne

Mécène