Conseils contre le vol

COMMENT AGIR EN AMONT ?

Les vols sont-ils une fatalité ? Assurément non, car il s’avère toujours possible de limiter les risques d’atteinte à son patrimoine. Pour cela, il faut agir en amont, avant que le vol ne soit commis.

PRENDRE CONSCIENCE DES RISQUES

Il s’agit d’analyser la notion de risque à son juste niveau, selon une approche rationnelle, puis de tout mettre en œuvre pour la limiter.

Pour les objets, il faut bien évaluer leur intérêt patrimonial (artistique, historique) et leur valeur marchande. Des caractéristiques comme une petite dimension et un faible poids les exposent davantage au vol, car ils sont plus aisément transportables. Il faut aussi connaître pour chaque objet sa capacité à être écoulé facilement sur le marché de l’art et des antiquités.

Il est important ensuite d’identifier tous les points faibles de votre propriété : un accès carrossable non protégé, des fenêtres à meneaux à hauteur d’homme démunies de volets, des barreaux descellés, etc. Le bâtiment est-il ou non dans un endroit isolé ou à proximité de grands axes routiers ?

Le niveau de sûreté d’un lieu doit être homogène et il sera toujours égal à celui de l’endroit le plus faible. La propriété aura beau avoir été « bunkerisée », le soupirail sans protection donnera le niveau de sûreté de l’ensemble.

Cette analyse des risques peut être différente selon les circonstances : de nuit ou de jour, dans une demeure ouverte au public – en libre visite ou en visite guidée-, occupée le week-end ou uniquement durant les vacances.

L’analyse des risques doit aussi tenir compte de la menace. Contre quel type d’attaque se prémunir ? Il n’y a rien de commun en effet entre l’agression de petits voleurs munis de seuls pieds-de-biche et celle d’une bande très organisée, capable d’aller jusqu’à menacer d’une arme à feu le propriétaire des lieux. Mais n’oublions pas que le mode opératoire principal consiste le plus souvent en la simple effraction d’une porte ou d’une fenêtre.

PROCÉDER À L’INVENTAIRE DE SON PATRIMOINE

L’inventaire est un préalable indispensable. Il s’accompagne de prises de vues précises et de bonne qualité, présentant l’objet sous tous les angles.

La clef d’une enquête en matière de vol d’objets d’art, c’est d’abord l’information sur l’objet lui-même. Il est donc important de pouvoir fournir des photographies et descriptions précises. L’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (OCBC) a mis en ligne un guide pratique pour photographier les objets de valeur, selon des standards permettant une intégration rapide d’images de bonne qualité dans la base de données TREIMA en cas de vol.

>> Télécharger le guide « Comment bien photographier ses objets de valeur ? »

 RESTER TOUJOURS VIGILANT

La prévention exige une vigilance de tous les instants et des précautions.

Les faits suivants doivent ainsi éveiller l’attention :

  • des visites d’individus se disant égarés
  • des personnes se présentant comme policiers ou agents d’une administration (La Poste, EDF…)
  • des appels téléphoniques douteux
  • un véhicule suspect vu à plusieurs reprises
  • une recrudescence des vols dans la région.

 De même, certaines périodes sont plus sensibles que d’autres :

  • l’heure du déjeuner ou le début d’après-midi
  • une célébration de fête, une manifestation sportive majeure retransmise à la télévision
  • les nuits de mistral dans le Sud de la France
  • les périodes de travaux.

 Dans tous ces moments-là, l’attention doit être redoublée.

  • Demeurer vigilant envers les fournisseurs et d’une manière générale envers les prestataires de service extérieurs
  • Ne pas s’épancher à l’extérieur sur le patrimoine détenu : des informations sont toujours susceptibles d’être exploitées par la suite par des individus mal intentionnés.

ADOPTER UNE ATTITUDE RESPONSABLE

Agir en amont impose souvent des contraintes :

  • Verrouiller systématiquement les accès, dès lors qu’on s’absente ne serait-ce que cinq minutes (fermer les volets intérieurs)
  • Rompre avec certaines habitudes, qui peuvent aller à l’encontre de la sûreté de votre propriété. Ne pas oublier que les voleurs procèdent à des repérages et qu’ils intègrent vos faits et gestes avant de passer à l’action
  • Ne jamais désactiver le système de protection de votre propriété. Certains voleurs peuvent tester les dispositifs d’alarme et les faire réagir à plusieurs reprises afin de faire croire à des déclenchements intempestifs, qui incitent alors à désactiver le système
  • Etre vigilant et faire en sorte que tout le monde le soit, en particulier la police ou la gendarmerie. Ne pas hésiter à impliquer les forces de l’ordre et à leur faire connaître les moyens de protection mis en place.

 C’est par cette attitude responsable qu’il sera fait obstacle aux voleurs.


S’IL N’Y AVAIT QU’UNE CHOSE A RETENIR

LE VOLEUR A TROIS ENNEMIS

Le temps : mettez tout en œuvre pour le décourager.

Le bruit : la peur d’être découvert le fera fuir dans la majorité des cas.

Vos précautions : n’hésitez pas à cumuler les obstacles et évitez la tentation.


GUIDE PRATIQUE

Guide édité par les VMF au prix de 7 €

Maisons sous haute protection

Les VMF éditent une brochure qui traite des risques auxquels tout propriétaire privé doit faire face : vol, inondation, dégât des eaux, etc.

Que faut-il faire ?
Comment se prémunir ?
Quelle assurance choisir ? etc.

Achetez le guide “Maisons sous haute protection”


Adresses utiles

Office Central de Lutte contre le Trafic des Biens Culturels (OCBC)

101-103 rue des Trois-Fontanot
92000 NANTERRE
Tél : 01 47 44 98 63
E-mail : ocbc-doc.dcpjac@interieur.gouv.fr
Site internet : cliquer ici

Centre National de Prévention et de Protection (C.N.P.P.)

Route de la Chapelle Réauville – BP 2265 – 27950 SAINT JUST
Tél : 02 32 53 64 00
www.cnpp.com/fr

 

 

Cabinet de Clarens

17 rue de Washington – 75008 Paris. Correspondant : Dominique Imbert. Contacter par email

   http://www.declarens.com/