Restauration : Attention !

NE MELANGEONS PAS TOUT en matière d’intervention sur le patrimoine

 Restaurer, rénover, réhabiliter : derrière les mots se cachent des objectifs et des usages différents.

Conserver, c’est veiller, essentiellement par des mesures préventives, à ce que le patrimoine ne se dégrade pas. La conservation prévention, c’est-à-dire l’entretien régulier, est le meilleur moyen de ne pas avoir à réaliser des restaurations lourdes.

Sauvegarder, c’est prendre des mesures comme l’étaiement d’un bâtiment menaçant ruine, etc., le plus souvent dans l’urgence et à titre provisoire, pour éviter la progression d’une dégradation.

RESTAURER

Restaurer, c’est rétablir, remettre en bon état, sans pour autant vouloir effacer les traces des interventions ultérieures.

Idéalement, la restauration impliquerait la remise en état technique, en état d’usage : un moulin devrait pouvoir moudre, un four à pain devrait pouvoir cuire. Lorsque certains éléments du patrimoine doivent être remplacés, seuls les matériaux, les techniques et les façons de faire traditionnels sont légitimes.

Deux règles d’or pour ne pas se tromper :

  • Ne pas en faire trop : on fuira l’originalité à tout prix, qui mène au « faux vieux ». Restaurer doit se pratiquer avec respect et discrétion.
  •  Ne rien faire d’irréversible : toute intervention sur le patrimoine, y compris à des fins de sauvegarde et de protection, doit permettre un retour à l’état initial.

RÉAFFECTER

Réaffecter, c’est donner une nouvelle fonction. Bien des éléments du patrimoine n’ont plus aujourd’hui leur fonction traditionnelle : granges, moulins, voire églises, etc. Leur trouver une nouvelle vocation apparaît souvent comme le meilleur moyen d’assurer leur conservation : mais tout dépend du type de patrimoine concerné.

Parmi les solutions existantes, les plus courantes sont la transformation en lieu de visite (maison d’écrivain, atelier de forgeron, etc.) ou en résidence secondaire. Certains bâtiments peuvent être reconvertis en gîte, logements sociaux, galerie d’exposition, salle municipale, maisons des associations, etc.

RENOVER, REHABILITER OU RESTITUER

Ces trois modes d’intervention sur le patrimoine ne contribuent guère à sa mise en valeur et ne sont donc pas préconisés. Toutefois, ils interfèrent souvent avec la restauration ou la réaffectation et, à ce titre, doivent être mentionnés.

Rénover, c’est remettre à neuf un bâtiment ou un objet jugé vétuste. La rénovation peut aller jusqu’à la destruction complète de l’objet et sa reconstruction, sans souci de restauration. Cette solution est presque toujours la moins coûteuse, mais souvent est irrespectueuse de l’histoire et des techniques du bâti ancien.

Réhabiliter, c’est remettre aux normes de confort, d’hygiène et de sécurité des habitats jugés trop anciens au regard des exigences contemporaines. Or l’application stricte des règles d’urbanisme, prévues pour le bâti neuf, menace souvent l’intégrité du bâti traditionnel : surélévation de planchers, ouvertures démesurées dans les vieux murs, etc.

Restituer, c’est rétablir, remettre dans son état premier. Ce mode d’intervention aboutit souvent à une reconstruction dans un état originel qui n’a jamais existé, un état originel parfait. Cette recherche d’homogénéité entraîne la destruction de toutes les parties postérieures à la date de construction, qui font pourtant, elles aussi, partie de l’histoire du bâtiment.

 d’après Le Guide de valorisation du patrimoine rural en France, édité par le ministère de l’Agriculture et de la Pêche, juillet 2001.


RESTAURATION MODE D’EMPLOI

Nos conseils et bonnes adresses

Pour les particuliers, qui en font souvent un projet de vie, la restauration d’une maison ancienne représente une aventure unique. Quant aux collectivités, elles ont désormais en charge la transmission de leur patrimoine bâti. Mener à bien la restauration d’un édifice, quel qu’il soit, dans le respect de son histoire est pour tous un réel défi.

>> Voici quelques conseils pratiques et une liste d’adresses pour réussir une restauration de qualité.


GUIDE PRATIQUE

Guide édité par les VMF au prix de 7 €

Maisons sous haute protection

Les VMF éditent une brochure qui traite des risques auxquels tout propriétaire privé doit faire face : vol, inondation, dégât des eaux, etc.

Que faut-il faire ?
Comment se prémunir ?
Quelle assurance choisir ? etc.

Achetez le guide “Maisons sous haute protection”