Chayette & Cheval

L’étude CHAYETTE & CHEVAL est présente à Paris, Drouot, depuis plusieurs décennies.

Généraliste, la maison de ventes CHAYETTE & CHEVAL organise une quarantaine de ventes aux enchères publiques par an : ventes cataloguées de tableaux, meubles, bijoux, ventes de collections (horlogerie, dentelles, poupées, céramique, arts d’Asie etc.), mais aussi ventes dites classiques de « fonds de maison ».

Elle se distingue par ailleurs par un département spécialisé dans l’horlogerie ancienne, spécialité originellement mise en place par Me Hervé Chayette.

Toutes les ventes bénéficient d’une visibilité à l’international, grâce à leurs mises en ligne sur divers sites internet ciblés et grâce à des fichiers nourris et mis à jour régulièrement.

Charlotte van GAVER, trentenaire récemment nommée Commissaire-priseur judiciaire à la résidence de Paris, a repris la gérance de la maison de ventes Chayette & Cheval après huit ans de collaboration.

Avec le maintien du nom historique de l’étude, c’est l’histoire d’une transmission qui s’écrit, au sein d’une équipe réactive, bilingue (anglais) et dynamique.

Maîtres Cheval et van Gaver sont à même d’effectuer tout inventaire, expertise et évaluation de tous types de biens mobiliers, à Paris, comme en région : horlogerie, bijoux, orfèvrerie, tableaux anciens, modernes et contemporains, numismatique, meubles et objets d’art de toute époque et de toute provenance ; mais aussi bureautique, matériel industriel, véhicules, bateaux etc.

Ces inventaires peuvent être utilisés en vue d’assurance, de partage, de succession, ou tout simplement dans le cadre d’une réflexion d’ensemble sur un patrimoine.

Lauréat du prix 2017 : DECORS DE L’HÔTEL OLIVE DANS LES BOUCHES-DU-RHONE (13)

 

Historique et descriptif :

L’hôtel Olive, hôtel particulier du début du XIXème siècle, fut construit pour Pascal Olive et décoré somptueusement par de brillants artistes grâce à la fortune familiale acquise par son fils Camille. Il est doté d’un étage d’apparat dont l’accès se fait par une spectaculaire cage d’escalier. Celle-ci est décorée successivement de faux marbres, de grands trompe-l’œil et enfin d’une dernière partie en tambour supportant une verrière. Une chapelle est incluse parmi l’enfilade des salons qui compose cet étage. Certains salons donnent accès à une terrasse surélevée ornée d’une fontaine datant de 1820.

Les travaux de restauration :

Les travaux de restauration ont porté sur les fresques de la cage d’escalier et ses faux marbres et la riche décoration des salons : motifs sculptés couverts à la feuille d’or, parquets marquetés, papiers peints floraux enchâssés dans des baguettes de bois doré et enfin un bas-relief de la Sainte Famille.

Consultez le site internet

Prix décernés