Interview : Charlotte Van Gaver, commissaire-priseur [Chayette & Cheval]

 

Chaque année, des entreprises et personnes soutiennent fidèlement les VMF, comme l’étude CHAYETTE & CHEVAL, présente à Paris, à Drouot depuis plusieurs décennies.

Charlotte VAN GAVER, Commissaire-priseur, a repris la gérance de la maison de ventes CHAYETTE & CHEVAL après des années de collaboration. Elle nous explique son choix de soutenir les VMF.

www.chayette-cheval.com

1. Pourquoi soutenez-vous les VMF et le Patrimoine ?

Les VMF font partie de mon environnement familial et amical depuis de nombreuses années. Aujourd’hui, les VMF et les missions que l’association se donne font partie de mon environnement professionnel : la notion de patrimoine inclut en effet celle d’héritage, de transmission. Les VMF, tout comme moi en tant que commissaire-priseur, agissons pour la transmission, la valorisation et la protection des biens meubles et/ou immeubles en tant que biens emplis d’histoire, de créativité, de savoir-faire.

2. Quelles sont vos critères de sélection ?

La maison de ventes aux enchères « CHAYETTE & CHEVAL, Charlotte van Gaver, commissaire-priseur » que je dirige est mécène du prix Décor. Ce prix (d’une valeur de 5 000€) a pour but de soutenir le propriétaire d’un décor (papier-peint, gypseries, vitraux, fresques etc.) dans la réalisation de ses travaux de réfection ou de restauration.
Le critère majeur est pour moi la cohérence du projet dans les travaux réalisés ou envisagés : cohérence avec le bâti, l’époque, les techniques utilisées etc. Mais je dois avouer qu’il y a aussi un critère moins rationnel qui tient à la personnalité du propriétaire et des lieux. C’est un critère « coup de cœur » !

3. En quoi le mécénat et le soutien des associations est-il important ?

Le mécénat, dans sa signification première, est un don, d’un particulier ou d’une entreprise, à une activité, une association dite « d’intérêt général ». Ce soutien a, il me semble, d’autant plus de sens dans le cadre d’une entreprise, s’il est réalisé au profit d’une association qui défend des intérêts dans le prolongement de l’activité professionnelle de l’entreprise mécène.
Il ne faut toutefois pas nier les intérêts fiscaux que peuvent offrir le mécénat. Nous sommes encore trop pudiques, en France, pour le dire mais il faut plutôt voir dans ces avantages une motivation supplémentaire pour les entreprises encore frileuses à soutenir certaines « bonnes causes » ! Je suis aujourd’hui très heureuse et fière d’être mécène des VMF au titre du Prix Décor.

« Plus qu’un mécénat, il s’agit pour moi d’un véritable partenariat dans le dessein de défendre, encore un peu plus, notre patrimoine. »