GRAND PRIX VMF

lauréat du prix 2018 : château de fénelon (24)

 

Un peu d’histoire :

Le premier castrum est construit au XIème par la famille de Fénelon. Jusqu’au milieu du XIIIème, la forteresse est l’un des derniers refuges cathares du Périgord-Quercy.

En 1360, le capitaine-brigand Bertrucat d’Albret livre les lieux aux Anglais jusqu’en 1375, date à laquelle il est repris par l’armée du duc d’Anjou. Le château est ensuite fortifié pendant les guerres de Religion, et les dernières modifications architecturales datent du XVIIème.

Le 6 août 1651 naît entre ces murs François de Salignac de La Mothe-Fénelon. Précepteur des petits-fils de Louis XIV, académicien, et précurseur des philosophes des Lumières.

Transformé en ferme après la Révolution, le site est sauvé de l’abandon en 1859.

Les travaux de restauration :

Après les restaurations de la toiture de la tour dite des Confitures, en 2008, et de la croupe du donjon, en 2012, il reste à programmer de toute urgence la réfection de la façade sud du château, prévue en trois tranches, dont la première démarrera dès 2018 correspondant aux toitures de la façade sud, partie ouest du château.

 

diplôme d’honneur du prix 2018 : village de la laupie (26)

 

Un peu d’histoire :

Village perché, fortifié à l’époque médiévale, la construction du premier fort date de la fin du XIIIème siècle.

Dès le début du XXème, le village est progressivement abandonné par ses habitants. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, la bataille de La Laupie a lieu du 24 au 28 août 1944, alors que l’armée allemande entame un repli face au débarquement des Alliés. En quatre jours, le vieux village est conquis trois fois et est abondamment bombardé. Après-guerre, le vieux village reste à l’abandon, totalement détruit. Il sert pendant vingt ans de carrière de pierres et est envahi par la végétation.

Les travaux de restauration :

En 1963, Pierre et Marie-Annick Armand reconstruisent les maisons une à une, à mesure que de futurs propriétaires investissent dans le projet. Depuis 2008, l’association a repris le flambeau de cette rénovation en se consacrant à la réhabilitation des ruelles et espaces ouverts du site. L’association procède presque chaque année à la rénovation d’une ruelle, de la place ou d’une portion de rempart, au gré des urgences.