Sortie de printemps 2013: maisons d’écrivains, connus et moins connus

Le 10 mai 2013

Sortie de printemps 2013 : Maisons d’écrivains, connus et moins connus

 

Découvertes, à coup sûr, pour la plupart des quelque cent dix participants à cette tournée de printemps, que les demeures inscrites au programme.

Certes, tous connaissent Collonges et Curemonte.

Mais qui avait pu simplement soupçonner les trésors que nous ont fait découvrir à Curemonte Monsieur et Madame Cantegreil dans les entrailles du château de Plas à l’issue de campagnes de restaurations exemplaires qui lui ont rendu ses volumes, en même temps qu’elles en évitaient la ruine irrémédiable?

Château de Plas

 

Ou, dans ce Collonges dont la fréquentation constante par des foules venues de l’Europe entière rend bien difficile une visite sereine, le charme et le calme d’un environnement champêtre découvert une fois franchis les portails de ces manoirs à l’architecture envoûtante?

Tour à tour, nous avons eu le privilège rare de pousser ces portes et de prendre conscience, en même temps que d’une végétation luxuriante,  d’un cadre de vie préservé, inchangé depuis des siècles ; au manoir de Beauvirie, ce furent Monsieur Soulié et ses sœurs qui nous l’ont permis ; au castel de Benges, M et Mme Janyszek ; au château de Vassignac, Monsieur Philippe Faige.

 

Château de Vassignac

 

Clôturant le programme, et moins connus que leurs devanciers, le château du Peuch, sur Ligneyrac, avec son élégante façade à haute tourelle, et le manoir de Salagnac, sur Cosnac, avec son exceptionnelle balustrade ornant un escalier à double volée, n’en constituaient pas moins d’heureuses surprises que respectivement M. et Mmes Marcel , et M et Mme Lapeyre nous ont offertes.

château du peuch

Manoir de Salagnac

 

Un point commun unissait toutes ces demeures : toutes ont été habitées, fût-ce pour un temps limité, par des hommes ou femmes de plume , célèbres au moins en leur temps (la grande Colette, Gabriel Marcel, Georges Cabanis), ou purement locaux (Gabriel Soulié et le colonel Bial, Cabanis père ou Jean Mouzat, un félibre que son fils, avec humour et sentiment, a fait revivre devant nous) ; aussi, chaque arrêt fut-il l’occasion de les évoquer, et d’en lire quelques paragraphes ; surprise là aussi que d’entendre , par exemple, les états d’âme d’une Colette privée de bons livres, ou le serment d’Hippocrate prêté en alexandrins par un Cabanis.

C’est dans sa maison natale que, pour terminer, un sympathique pot amical a réuni l’ensemble des participants.

Le comité remercie chaleureusement l’ensemble des personnes qui, œuvrant en permanence à la conservation et l’entretien de ces belles demeures, ont aussi permis le succès de cette journée.

Retour page délégation