Rallye Auto : A la conquête de l’Ouest…

Le 16 août 2013

La sortie de l’été a été organisée, sous la houlette de Laurence de Livois, déléguée d’Indre-et-Loire, sous la forme d’un Rallye-Auto, plein de surprises, de bonne humeur, de rires et aussi de découvertes de lieux magnifiques. Les organisateurs, Mr et Mme Amiot, Mr et Mme Morin de Finfe et Mr et Mme de Livois avaient ainsi préparé une journée ludique de découvertes de châteaux et d’abbayes dans la région nord-ouest de Tours, à la frontière du Maine-et-Loire.

La journée commence par le château de Champchevrier, étape départ, où les propriétaires Mr et Mme Bizard accueillent les 16 « équipages » des voitures participant au rallye ! Il faut dire que Champchevrier est un haut lieu de vénerie, dont la meute est le plus « ancien » équipage de chasse à courre actuellement en activité en France. Mr. Bizard, sa famille possédant cette demeure depuis le XVIII° siècle, en raconte l’historique : les origines remontent au Haut Moyen-Age et les propriétaires successifs ont, au cours des siècles, apporté des modifications architecturales dont aujourd’hui on peut admirer l’ensemble : partie Renaissance, remaniement des façades aux XVII ° et XVIII °siècles.

La deuxième étape entraîne les équipages des voitures dans un lieu perdu et plein de poésie, où se dresse une ancienne et impressionnante forteresse en ruines, appelée Vaujours, tout près de Château-la-Vallière. Louise de La Vallière en fut un temps propriétaire mais n’y habita pas, car elle était inhabitable… En effet, celle-ci, qui remonte au temps des d’Alluye (XII °et XIII° siècles), puis agrandie et aménagée jusqu’au XVII° siècle, était déjà en mauvais état à cette époque… Et, peut-être que les légendes de fantômes mystérieux se rapportant à ce château avaient refroidi Louise d’y demeurer !! Deux anciens chapiteaux sculptés au sommet de hautes tours témoignent des mystérieux personnages qui ont pu y séjourner…Une étape de tir à l’arc nous rappelle les joutes médiévales.

La troisième étape se trouve au Plessis -Lionais, à quelques kilomètres de Château-La-Vallière, propriété de Mr et de Mme de La Charrie.  C’est dans cet endroit bucolique et à l’ombre rafraîchissante des arbres et face à une demeure seigneuriale de la Renaissance, que les participants de cette journée estivale s’installent pour piqueniquer. A cette occasion, le concours des plus jolis couverts et des meilleurs mets est organisé dont le 1er prix revient aux occupants de la voiture 8, c’est-à-dire à Mr et Mme Fink de Beaufort…. Après le pique-nique Mr. et Mme de La Charrie font visiter le parc où pousse une grande variété d’essences d’arbres et d’où on peut admirer les différentes façades de ce bel ensemble architectural d’un château de pure style Renaissance, comprenant, outre des tours, un pigeonnier et une chapelle.

La quatrième étape offre la surprise de découvrir, loin des routes, une abbaye cistercienne, fondée en 1131 en Anjou, sur la commune actuelle de Dénezé-sous-Lude. On retrouve Jean d’Alluye (forteresse de Vaujours), qui rapporta des croisades, en 1244, un morceau de la « vraie croix » du Christ (maintenant dans un monastère de religieuses à Angers). Désaffectée sous la Révolution de 1789, Il reste de cette abbaye, une abbatiale dont subsiste le chevet et une travée du chœur, où reposent deux gisants du Moyen-Age, en parfait état,(les concurrents sont invités à prendre la pose, devant un appareil de photo intraitable) et des bâtiments conventuels dont une grande partie ont été reconstruits au XVIII° siècle. La curiosité vient d’une chapelle « hors clôture » qui abritait « la vraie croix » et était destinée aux visiteurs, dont l’entrée du couvent était interdite. Cette chapelle, sobre à l’extérieur, est d’une grande clarté à l’intérieur, grâce à sa voûte angevine complexe de liernes et tiercerons reposant sur des nervures très fines, qui encadrent de grandes baies vitrées. Monsieur Pallu du Bellay nous y reçoit avec une extrême gentillesse et nous relate un historique complet.

La dernière étape, qui passe par le village de Broc, où une église romane offre

des fresques romanes dans le chœur, conduit les voitures et leurs équipages dans la vallée de la Maulne où s’élève le château de Marcilly-sur-Maulne. Les participants sont accueillis par les propriétaires, M. et Mme Waneq, autour d’un « cocktail thé», très rafraîchissant et bienvenu par cette chaude après-midi ! Surtout après la course finale dans les douves, moment de fous rires absolus.

La maîtresse des lieux nous fait visiter cet imposant ensemble comprenant une ancienne forteresse du XIV °siècle, ayant appartenu à la famille de Laval et un imposant château construit par Charles Fouquet, trésorier de France à Tours, datant de la fin du XVI° et du tout début XVII° siècles, selon les modèles de Jacques Androuet du Cerceau. Ce château fut transmis par les femmes (jusqu’en 1970), dont l’une, dénommée « la diablesse » se fit remarquer sous le règne de Louis XV,  en raison de son caractère ombrageux !

Après la remise des prix par les organisateurs aux concurrents de ce rallye, Laurence de Livois invite les membres du VMF 37 à se rendre à la sortie du 13 octobre, qui aura lieu à Paris, sur la montagne Sainte-Geneviève, c’est-à-dire au Panthéon et dans le quartier du Luxembourg, à la Chapelle des Carmes, dans l’enceinte de l’Institut Catholique.  La journée se termine autour d’un dîner rassemblant tous les propriétaires, organisateurs et acteurs de ce rallye estival.

 

                                                                       Antoinette Davonneau

Retour page délégation