A l’ombre des Plantagenêts, …..

Le 22 août 2014

Autour de Montrésor, A l’ombre des Plantagenêts … . Sortie du 22 août 2014

 

Cette sortie a été l’occasion pour Laurence de Livois de nous faire connaître,  la région orientale du département, en commençant la journée par le château de Lestang à Orbigny. Situé dans un magnifique site, le château s’élève au-dessus d’un étang. Le propriétaire, Mr. Benoît du Rey, en conte avec verve l’histoire et fait remarquer que cette demeure depuis le XVIIe siècle est restée dans la même famille (même sous la Révolution)

Ancien fief de Montrésor, et marquant l’extrême limite de la Touraine dominée par les Plantagenêts , ce château qui appartint d’abord à la famille d’Argy , fut le théâtre, au cours des siècles, de plusieurs sièges, dont ceux de la guerre de Cent Ans, et plus tard, des ligueurs, qui s’y réfugièrent en 1590. Reconstruit au XVIe siècle, avec notamment une galerie de style Renaissance, ne conservant de la forteresse initiale qu’un donjon cylindrique du XVe siècle,il subit des modifications et des agrandissements aux siècles suivants (XVIIe et XVIIIe siècles) au XIXe et XXe siècle.

 

 Ensuite, nous nous dirigeons vers la Corroirie du Liget, dans la forêt de Loches, où ils sont reçus par la maîtresse des lieux, Mme de Mareuil.

l’hôtellerie de la Corroirie

Au XIIe siècle,  Henri II Plantagenêt fit construire La  Grande chartreuse sans doute en expiation du meurtre de Thomas Becket et au XIII e  le Seigneur de Graçay fit don  de son fief aux chartreux qui la transformèrent  en « Courroirie », c’est-à-dire la Maison Basse de L’Abbaye. Conservant son statut de fief seigneurial avec son droit de défense et de justice, elle fut aussi chargée d’assurer la vie économique des moines. Bien qu’ayant leur vie religieuse propre, les deux maisons avaient le même prieur.

 

Il reste de cet ensemble médiéval remarquablement complet, de nombreux vestiges :  une porte d’entrée (tour carrée à mâchicoulis et à pont-levis du XVe siècle), des murs d’enceinte, des douves, une curieuse prison (tourelle à deux niveaux), des vestiges d’anciens moulins, un grand cellier, une salle capitulaire et une chapelle du XIIIe siècle, magnifique exemple du style Plantagenêt, qui montre l’avènement du gothique. Le courage et la passion des propriétaires font l’admiration de tous. Un déjeuner de plus de 70 couverts est ensuite servi sur les lieux, grâce aux soins de Mme de la Croix-Vaubois, pendant que d’autres membres pique-niquent sous un beau soleil.

 

L’après-midi, la délégation se dirige vers  Montrésor où elle est attendue au château qui domine l’Indrois, par Mr. G .Szerauc, membre de la famille Rey, descendante de la famille polonaise Branicki. Les participants sont répartis en deux groupes pour visiter d’une part, le château sous la conduite de Mr. Szerauc et d’autre part, le village sous celle de Frédéric Gaultier. Le château Renaissance est construit sur une ancienne forteresse bâtie vers 1005 par Foulques Néra et confiée à son lieutenant Roger, dit « le Petit Diable », dont il reste une double enceinte et des tours. Cette forteresse, en partie reconstruite au XIVe siècle, fut acquise en 1493 par Imbert de Bastarnay, conseiller successif de quatre rois de France ! Il fit construire le château Renaissance actuel et la Collégiale dans le village où reposent les trois remarquables gisants de lui-même, sa femme et son fils .

 Le château fut acquis en 1848 par une autre figure marquante, le Comte polonais Xavier Branicki, exilé politique de Russie, ami de Napoléon- Jérôme Bonaparte, dit « Plon-Plon » et du Prince Louis-Bonaparte, futur Napoléon III. Homme d’affaires, industriel, collectionneur d’œuvres d’art et mécène généreux, il restaura le château et aménagea le parc, lesquels ont, depuis 150 ans, gardé l’authenticité et l’atmosphère du XIXe siècle. La visite du village conduite par Frédéric Gaultier permet d’admirer à travers le dédale de jolies rues la Collégiale Saint Jean-Baptiste, construite vers 1520 dans le plus pure style Renaissance (portail très décoré) ,la Halle aux cardeux (ou Halle aux laines) ,la Maison des rois du XVe siècle etc..

La journée se clôt à la Grande Métairie, propriété pleine de charme de Mr. et Mme Szerauc où les membres de la délégation peuvent se rafraîchir autour d’une collation et échanger leurs impressions sur cette belle sortie d’été.   Antoinette Davonneau

Retour page délégation