A cheval sur la Loire

Le 23 août 2016

 

A cheval sur la Loire

              La sortie du 23 août 2016 proposée par Laurence de Livois est une promenade de part et d’autre de la Loire où, sur quelques kilomètres, s’échelonnent les sites à découvrir par cette chaude journée d’été !

Le château de Cinq-Mars la Pile , présenté par Mr. et Mme Untersteller, offre deux contrastes : l’un romantique avec un jardin à l’anglaise, dû à un horticulteur, Louis Bussienne, qui au 19ème siècle acquiert de nombreuses essences d’arbres et de plantes, que présente Mme Untersteller, botaniste.

Cinq Mars la Pile

L’autre, reflète l’aspect féodal et millénaire du site, avec d’imposants vestiges composés de deux tours et de douves monumentales, qui témoignent d’un passé chargé d’histoires, que conte avec verve et humour Mr. Untersteller …, du 1er seigneur des lieux, Geoffroy de Saint-Médard vivant au 11ème siècle (nom changé en Cinq-Mars au 16ème siècle), celle du marquis de Cinq-Mars,devenu Marquis d’Effiat, condamné à mort, à 22 ans, pour avoir comploté contre le roi Louis XIII et son ministre, le Cardinal de Richelieu, qui fit raser le château.

A Mazières, au château de Crémille, l’accès se fait en enjambant deux ponts de part et d’autre du logis. M. de La Brosse, dont la famille, installée depuis 1834,nous présente sa propriété .Ce site, très ancien ( villa romaine, fondée par un certain Crémius), connut différents remaniements au cours des siècles : ferme fortifiée au Moyen-Age, manoir aux 16ème et 17ème siècles, agrandissements au 19è me siècle. Des douves ainsi que des tours et une fuie témoignent de l’ancienneté des lieux. Mr. de La Brosse, nous offre aimablement l’hospitalité pour le déjeuner préparé par les soins de Mme.de la Croix-Vaubois pour une centaine de personnes.

Crémilles (3) Crémilles Crémilles (2)

L’après-midi se poursuit à Lignières de Touraine où la délégation se partage en deux groupes pour visiter d’une part les belles fresques romanes de l’église de Saint-Martin et d’autre part le château de Fontenay. A l’église Saint-Martin, Mr. Bordeaux, chercheur en Sciences Historiques à l’Université de la Sorbonne, explique, avec passion, l’histoire et la symbolique de ces fresques découvertes en 2008 par Mme. Reillé-Taillefert, qui couvrent les murs d’une grande partie du chœur par l’illustration de scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament.

               Eglise de Lignières                   Eglise de Lignières (2)

Le château de Fontenay, que le propriétaire, Mr. Marko, à l’amabilité de nous laisser admirer en son absence, est l’exemple type d’un manoir seigneurial tourangeau : ancienne maison-forte remontant aux 14ème et 15ème siècles, sur les vestiges d’une villa romaine, elle est composée de deux bâtiments perpendiculaires occupant l’angle Nord-Ouest d’une muraille d’enceinte rectangulaire, entourée de douves sèches donnant sur une cour intérieure. Le ravissant jardin, qui décore la cour, donne un aspect intimiste des romans courtois médiévaux.

                                         Fontenay         Fontenay (4)                

              Fontenay (3)          Fontenay (2)

La promenade se poursuit dans le site rafraîchissant de l’Abbaye de Turpenay, nichée dans un vallon verdoyant de la forêt de Chinon, où nous sommes accueillis par M. Tremblot de La Croix. Ce dernier rappelle l’histoire de cette abbaye bénédictine très importante, fondée par Foulques Le Jeune en 1127, sous le vocable de N.D. de l’Annonciation. Florissante au Moyen-Age, elle connut un déclin au cours des siècles, pour n’être habitée que par deux moines à la fin du 18ème siècle. La Révolution démolit la plupart des bâtiments conventuels, une ferme s’installa sur les lieux jusqu’à l’intervention des propriétaires actuels. Ceux-ci sauvèrent ce site où ne restaient que le mur du réfectoire, le logis abbatial, l’hôtellerie du 15ème siècle et la porterie du 17ème siècle qu’ils restaurèrent remarquablement dans un décor champêtre plein de poésie.

                     Turpenay (2)                  Turpenay (3)

                     Turpenay (4)                        Turpenay

Surplombant Cheillé et dominant des coteaux de vigne, « La Cour au Berruyer » clôture cette riche journée. L’imposant château Renaissance n’éclipse pas le charmant petit manoir du début du 15ème siècle, situé à l’entrée de la propriété, où nous attendent Mr. et Mme Deprez, qui restaurent l’ensemble des demeures avec beaucoup d’énergie et de goût depuis une quinzaine d’années. « La Cour au Berruyer », forteresse au départ, construite par Philippe Berruyer au 12ème siècle était l’un des quatre gardes fieffés de la forêt de Chinon. D’importants remaniements de la fin du 15ème et du 16èmesiècles, dont la construction d’une élégante galerie de cinq arcades (1519-1559), ont affiné la silhouette générale de cette antique demeure, dont subsiste une énorme tour carrée élevée sur trois étages. L’entrée de l’avant-cour se fait par un élégant porche en plein cintre, où Agnès Sorel aurait dormi. L’ensemble architectural est agrémenté d’un très joli jardin, objet de réalisations toujours nouvelles. Avant de se séparer, une photo de groupe est réalisée avec l’ensemble des participants de la délégation 37 afin de remercier leur déléguée, absente pour deuil familial, qui avait si bien organisé en amont cette sortie !

                                           La Cour au Berruyer (3)                   La Cour au Berruyer

                                    La Cour au Berruyer (2)                      La Cour aux Berruyer (4)

Sortie aout 2016

Antoinette Davonneau

Retour page délégation