Vers un assouplissement des règles sur l’éolien ?

Dans la nuit du 4 au 5 octobre, l’Assemblée nationale a débattu sur une proposition de loi de MM. François Brottes et Bruno Le Roux, instaurant une tarification progressive de l’énergie. À cette occasion, plusieurs amendements ont été adoptés, laissant prévoir d’inquiétantes modifications du régime d’implantation des éoliennes et de la loi Littoral.

Les présidents des associations nationales de sauvegarde du patrimoine bâti et paysager, membres du G8 Patrimoine, ont adressé une lettre au gouvernement afin de lui demander de revenir sur ces dispositions. Pour eux, « une politique de développement de l’éolien ne doit pas conduire à un bouleversement du cadre vie des Français, dont la défense et l’amélioration sont prioritaires ». Ils ont notamment relevé plusieurs points préoccupants :

  • la suppression de la « contrainte » d’un nombre minimal de 5 mâts a pour conséquence le mitage assuré des territoires et l’augmentation de la pollution visuelle. 
  • la modification de la loi Littoral dans les départements d’Outre-mer afin d’installer des éoliennes dans les communes littorales et rétro-littorales.
  • la suppression des Zones de développement de l’éolien terrestre (ZDE), qui devait permettre de canaliser l’implantation d’éoliennes.
cathédrale de coutance
© Christian Cheval. Cathédrale de Coutance et éolienne en arrière-plan

Plusieurs députés, de l’UMP mais aussi du Front de gauche, ont vivement contesté ces décisions. Le Député UMP Martial Saddié a notamment déclaré :  » Pitié, ne transformez pas, à deux heures du matin en fin de semaine, la France en un immense ventilateur ! Il est temps de prendre le temps ! ». M. André Chassaigne, du Front de Gauche était également consterné par le mode de fonctionnement de l’Assemblée, qu’il a qualifié d’ « ahurissant ».

Liste des actualités



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *