Vers un tournant dans la politique énergétique du gouvernement : du tout éolien à l’encouragement d’autres énergies renouvelables

Le gouvernement a dévoilé jeudi 28 juin le plan solaire intitulé « Place au soleil ». Ce plan de mobilisation envisage de remédier au fait que seuls 2% de la production énergétique relève du photovoltaïque et comporte un volet patrimoine. En effet, plusieurs mesures de ce plan prévoient que les bâtiments anciens et classés pourront devenir producteurs d’énergie solaire. Le Gouvernement financera d’ailleurs une dizaine d’opérations photovoltaïques exemplaires en termes d’intégration au sein du patrimoine.

Philippe Toussaint, président des VMF, invité sur France Info jeudi 28 juin dans le cadre du « 14h-17h », soulignait qu’il est essentiel que « les bâtiments anciens soient associés à la transition énergétique ». Il signalait combien ces mesures semblent dessiner « un véritable tournant dans la politique du gouvernement : après le tout éolien qui implique une défiguration du territoire, le gouvernement s’intéresse dorénavant à d’autres technologies plus respectueuses du patrimoine : de nouvelles tuiles ressemblant comme des sœurs à des tuiles traditionnelles pouvant être photovoltaïques ». A propos du financement de ces nouvelles technologies, Philippe Toussaint rappelait que « la puissance publique a un important rôle d’incitation ».

Retrouvez l’intégralité de l’interview de Philippe Toussaint ici :

Dans l’article du Parisien qui a fait état le premier des propositions de ce plan, Alain de la Bretesche, président de l’association Patrimoine et environnement apportait également quelques éclairages : « Dans l’état actuel de la science, on ne laissera pas installer de photovoltaïque sur un château du XVIIIe siècle, mais pourquoi pas sur les communs. De même sur les édifices religieux, on ne les implantera pas sur le toit de l’église, mais il y a beaucoup d’endroits qu’on ne voit pas ». Stéphane Bern, interviewé également dans l’article, témoignait être très favorable à l’apparition d’innovation aussi susceptible de rapporter quelques revenus aux détenteurs de vieilles pierres : « Défenseurs du patrimoine et environnement ont en commun des valeurs de transmissions et de préservation, assure-t-il. J’ai confiance que demeures historiques et énergies renouvelables peuvent s’entendre ».

RETROUVEZ L’ARTICLE DU PARISIEN ICI 

Liste des actualités



Une réflexion au sujet de « Vers un tournant dans la politique énergétique du gouvernement : du tout éolien à l’encouragement d’autres énergies renouvelables »

  1. On oublie encore et toujours la petite hydroélectricité au profit du solaire. La petite hydroélectricité ne requiert aucun investissement de la part de l’Etat, contrairement au solaire amplement subventionné et nécessitant des fabrications très impactantes en matière d’environnement; La petite hydroélectricité est non seulement ignorée, mais on la détruit tous les jours en détruisant les barrages et en incitant les propriétaires de centrales à, soit investir des sommes énormes pour une certaine « continuité écologique » très problématique, soit accepter qu’on détruise « gracieusement »leurs installations aux frais du contribuable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *