Françoise Férat s’inquiète de la vente d’hôtels particuliers nationaux

Françoise Férat : « Je regrette que l’on brade notre patrimoine sans savoir ce qu’il va devenir »

Le 13 février dernier, le quotidien Le Figaro annonçait la vente de quatre hôtels particuliers situés dans le VIème arrondissement parisien :
  • l’Hôtel de Clermont, classé monument historique, dans lequel se trouve le Ministère des Relations avec le Parlement,
  • l’hôtel de Vogüé, également classé MH, qui abrite le Centre d’analyse stratégique,
  • l’hôtel de Broglie, actuel secrétariat chargé de la Prospective et du Développement du numérique, dont le décor intérieur, le salon, la cour et les jardins sont classés,
  • et l’hôtel de Mailly-Nesle, siège de la Documentation Française.

Cette opération devrait dégager une somme s’élevant à 250 millions d’euros, destinés à financer la rénovation d’un grand complexe immobilier, au 20 avenue de Ségur, censé accueillir en 2016 la plus grande partie des services du Premier Ministre, deux cabinets ministériels, ainsi que des autorités indépendantes.

Devant cette annonce, la sénatrice de la Marne, Françoise Férat, a dénoncé cette opération de France Domaine dans un communiqué publié le 21 février 2012. Pour elle, ce n’est pas tant la vente qui pose problème mais le fait que l’on pratique de telles opérations sans véritable encadrement : « C’est la vente de morceaux de l’histoire de notre pays dont on parle. Je ne m’oppose pas à la vente de notre patrimoine, je demande à ce que la vente et le devenir de ces bâtiments soient encadrés ». En novembre 2011, Françoise Férat avait démissionné de son poste de rapporteur d’une proposition de loi visant à encadrer les cessions immobilières de l’État. L’esprit du texte était « d’encadrer ce type de vente, non pour les empêcher, mais afin de garantir le respect de leur caractère culturel. Il s’agissait de réaffirmer l’importance de notre patrimoine monumental : son utilisation doit être respectueuse de son histoire, de son architecture, et de son rôle au regard de la mission de service public culturel ». L’annonce de la mise aux enchères de ces quatre hôtels particuliers relance la polémique sur l’avenir du patrimoine de l’État.

En juin 2011, les VMF, favorables à la proposition de loi visant à créer un Haut Conseil du patrimoine, avaient rédigé 8 propositions destinés à approfondir les responsabilités de cette instance. La septième proposition consistait à « encadrer une politique de cession à titre onéreux des monuments d’intérêt patrimonial non national et sans affectation culturelle à des organismes publics ou privés ou à des propriétaires privés ». Conscients de la réalité budgétaire de notre patrimoine, les VMF s’inquiètent toutefois de cette « grande braderie du patrimoine national » et maintiennent leur volonté de création d’un Haut Conseil du Patrimoine, organe de contrôle de tout type de cession.

>> Lire l’ensemble des 8 propositions des VMF

>> En savoir plus : table ronde des VMF juin 2011  » Quel avenir pour le patrimoine national ? « 

Liste des actualités



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *