Ségolène Royal va-t-elle sauver les Serres d’Auteuil?

cette semaine, La ministre de l’écologie a mis en garde la Fédération Française de Tennis sur son projet d’extension de Roland-Garros. LES conclusionS d’un rapport ministériel reconnaissant « la faisabilité » du projet alternatif vient légitimer les actions menées par les riverains et les associations de sauvegarde du patrimoine. 

 

 

 

Set gagnant pour les associations du patrimoine ? Les revendications des VMF, de la SPPEF (Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France) et de l’IDFE (Ile de France Environnement) qui s’opposent depuis plus de quatre ans au projet d’extension de Roland-Garros imaginé par la Fédération française de tennis semblent avoir été entendues. Soutenue par le ministère des Sports, la FFT était presque certaine de se voir accorder les permis de construire en mars 2015. C’était compter sans Ségolène Royal dont la signature est indispensable pour valider lesdits permis déposés en juillet 2013.

 

© Reproduction d’un dessin de Cabu réalisé en mai 2012

 

Le projet alternatif techniquement validé

Rendu public le 17 février dernier, un rapport d’experts commandé par le ministère de l’Ecologie, estime que le projet alternatif est réalisable. Un projet qui, rappelons-le, prévoit entre autre de couvrir une portion de l’autoroute A13 pour y installer cinq courts d’entraînement quand la FFT entend le faire dans le jardin des actuelles Serres d’Auteuil. Dans ce rapport, Evelyne Humbert, ingénieure générale des Ponts, des Eaux et des Forêts, et Philippe Iselin, inspecteur de l’administration du Développement durable, concluent à « la faisabilité technique de la couverture de l’autoroute dont la dalle, cependant, devrait être conçue en escaliers destinés à recevoir deux courts ».

De quoi provoquer l’ire de la FFT qui ne dissimule plus son impatience. Dans une interview au Parisien, Gilbert Ysern, son directeur général, estime qu’on lui met «des bâtons dans les roues».

« Ce qui se passe est assez aberrant. Nous avons fait appel à des cabinets indépendants, une commission-enquêtrice a passé des mois sur l’enquête publique et voilà qu’on remet en selle un contre-projet pour nous mettre des bâtons dans les roues. » Et d’ajouter à propos de ce rapport: « Il dit que le contre-projet est faisable mais tout est faisable, y compris de démonter la tour Eiffel et de la remonter à Narbonne. » 

 

L’enjeu de la candidature aux JO en 2024

Le projet d’extension constitue en fait un véritable enjeu pour la candidature de Paris aux Jeux Olympiques de 2024. Anne Hidalgo, la maire de la capitale, défend Gilbert Ysern et s’inquiète du retard de la réalisation du projet. « À l’heure où Paris envisage de s’engager dans une candidature aux Jeux Olympiques de 2024, un tel retard pris dans l’extension de Roland-Garros serait un très mauvais signal envoyé au CIO. Il réduirait considérablement nos possibilités de l’emporter. » 

Pour sa part, Ségolène Royal campe sur ses positions. Dans une interview accordée au Journal Du Dimanche, la ministre de l’Écologie exhorte la FFT à étudier plus sérieusement le projet alternatif. 

« Car que va-t-il se passer ? Il va y avoir des contentieux, avertit-elle. Alors, ne faut-il pas mieux bien faire les choses en amont et avoir des bases juridiques solides lorsque les permis seront délivrés plutôt que de les voir annulés par la suite ? C’est un très mauvais calcul de la part de la Fédération de vouloir passer en force, surtout sur un site classé. »

 


 

De manière plus discrète, Cabu était également un fervent défenseur de la préservation des Serres d’Auteuil, auxquelles il avait consacrées une série de dessins. 

Liste des actualités



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *