Patrimoine menacé : la rue des Carmes à Orléans

Aurélie Filippetti, ministre de la Culture, a décidé de placer sous le régime de l’instance de classement au titre des monuments historiques 18 immeubles formant le front sud de la rue des Carmes à Orléans.

Le but de cette décision est donc de protéger l’ensemble de la rue. Celle-ci devait être pour partie détruite selon un projet porté par le maire de la ville Serge Grouard.

Vue sur les toits des maisons de la rue des Carmes que le maire veut détruire ©Photo : Didier Rykner

La décision prise par la Ministre empêche de facto tout acte de démolition pendant un an. Ce délais sera utilisé par le Ministère pour poursuivre l’action de sauvegarde. Le communiqué du Ministère rapporté par le site de la Tribune de l’art, rappelle que la Zones de Protection du Patrimoine Architectural,. Urbain et Paysager (ZPPAUP) considérait ces immeubles « comme « un tissu homogène, d’une très grande valeur d’ensemble », qui doit être protégé et mis en valeur. Les façades, en pierre ou à pans de bois, dissimulées aujourd’hui sous l’enduit, les cages d’escalier, les caves remontant à l’époque médiévale, constituent d’authentiques et précieux témoins du patrimoine orléanais ». De plus, « deux de ces immeubles, une maison à pans de bois du XVIe siècle et un immeuble construit en 1794 par l’architecte orléanais Benoît Lebrun, ont fait l’objet d’une proposition d’inscription au titre des monuments historiques, en totalité, de la commission régionale du patrimoine et des sites (CRPS), le 19 novembre 2011 ».

En savoir plus sur la controverse de la rue des Carmes (via la tribune de l’art)©

Liste des actualités



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *