DES RACINES & DES AILES Passion patrimoine « du Lot-et-Garonne à la Corrèze »,

DES RACINES & DES AILES
Passion patrimoine « du Lot-et-Garonne à la Corrèze »
mercredi 13 avril 2011 à 20h35

La Corrèze cache un patrimoine exceptionnel et pourtant méconnu. A Aubazine, architectes, historiens et habitants redonnent vie à un ouvrage d’art monumental unique en Europe, le canal des Moines. Depuis neuf siècles, cet édifice mystérieux alimente une abbaye médiévale implantée au cœur du village. C’est dans ce chef-d’œuvre cistercien qu’une certaine Gabrielle Chanel est abandonnée par son père. Six années d’une vie austère et rigoureuse qui marqueront profondément le style révolutionnaire de la future Coco.

A l’extrême nord du département, une autre équipe de passionnés veille sans relâche sur le parc naturel régional de Millevaches, véritable écomusée de plus de 3000 km2. A pied d’œuvre sur le terrain ces gardiens du patrimoine naturel se battent pour sauver les paysages traditionnels de la montagne limousine. Grâce à leur détermination, Millevaches est aujourd’hui un sanctuaire pour de nombreuses espèces menacées. Parmi ces trésors, la loutre d’Europe. Ce mammifère extrêmement sauvage fascine Stéphane Raimond, photographe amateur.

Profondément attachés à leur terre, les Corréziens se mobilisent aussi pour préserver leur héritage culturel. A Brive-la-Gaillarde, dans l’une des dernières distilleries de la région, la famille Denoix travaille un produit brut destiné à devenir exceptionnel : la noix verte. Sylvie est aux commandes de la quatrième génération d’une dynastie de maîtres liquoristes. Ancienne infirmière, elle perpétue aujourd’hui avec son mari un savoir-faire inchangé depuis 172 ans.

A 15 km de là, une quinzaine d’artisans relance une autre technique ancestrale, la fabrication de l’ardoise. Dans le plus ancien filon corrézien, Jean-Louis Rouhaud enseigne les secrets du métier à son fils. Depuis des siècles, l’or bleu profond de l’ardoise habille les villages de la région ; comme à Turenne, un fief qui régna sur le sud de la France durant neuf siècles.

Château de Bonaguil dans le Lot-et-Garonne (© CAPA)

Notre voyage se poursuivra plus au sud, direction le Lot-et-Garonne. A l’ombre du Périgord, ses villages abritent un patrimoine à la richesse insoupçonnée, jalousement conservé par leurs habitants. Au nord-est du département, le château de Blanquefort-sur-Briolance est un trésor méconnu. Depuis cinq ans, il est la propriété d’un couple de châtelains atypiques, Sylvie Malépart et Simon Souillot. Ils consacrent tout leur temps libre à sauver cette ancienne forteresse du XIIIème siècle remaniée à de nombreuses reprises. Un terrain de jeu rêvé pour ces deux mordus d’histoire qui au fil des restaurations vont de surprise en découverte. La dernière, ils l’ont faite sous leur terrasse : une salle voûtée du XVIIème siècle parfaitement conservée. Mais Sylvie et Simon se sont aussi donné pour objectif de remettre leur château au coeur de son village et d’en rouvrir les portes aux Blanquefortais. Pour la première fois durant trois jours, une trentaine de villageois, tous bénévoles et amoureux du monument, est ainsi venue les aider à déblayer l’une des anciennes tours d’artillerie.

Un film de Marie MAURICE

Liste des actualités



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *