Propositions de l’association VMF au Grand Débat de la Culture

À l’initiative du Président de la République, le Gouvernement a engagé en décembre 2018 un grand débat national portant sur quatre thématiques. Grande absente de cette consultation : la culture.

Beaux Arts Magazine et la Fondation du patrimoine, lancent un grand débat sur la culture. Pour favoriser le débat, trois grands enjeux nationaux ont été identifiés : la culture pour tous, l’éducation artistique et culturelle, et le patrimoine.

Les VMF participent au débat. Nous avons déjà publié sur la plateforme les propositions suivantes : 

1/ Le patrimoine doit être mieux connu, mieux identifié et mieux protégé dans sa diversité. Il ne se résume pas aux seuls monuments historiques inscrits et classés. Il faut dresser un inventaire du patrimoine de proximité – en y associant les services régionaux de l’Inventaire, les collectivités territoriales et les associations. La protection d’ensembles constitués de quartiers urbains et de paysages doit également être développée à travers le nouveau dispositif des « secteurs patrimoniaux remarquables » (héritiers des « secteurs sauvegardés » mis en place par André Malraux). Ces secteurs patrimoniaux remarquables doivent être doublés dans les 10 prochaines années

2/ Les dispositifs de protection du patrimoine bâti et paysager existants doivent mieux être respectés, à la faveur d’une politique conjointe d’accompagnement pédagogique et de répression plus active en cas de manquement. Certains dispositifs doivent être renforcés en commençant par le vote de règles strictes et précises de l’implantation des éoliennes industrielles. Les dispositions de la loi Elan néfastes au patrimoine doivent être abrogées.

3/ L’étude du patrimoine doit être intégrée à l’enseignement de l’éducation artistique et culturelle à chaque niveau du cursus scolaire, dès la classe de CM1 et soutenue par les administrations locales responsables des établissements compétents. Intimement liée au programme d’histoire, elle doit être dispensée par des enseignants dûment formés. L’action des associations ayant conçu des outils et des dispositifs pédagogiques adaptés doit être soutenue par les pouvoirs publics.

4/ L’animation des lieux de patrimoine doit être encouragée et la notion d’ouverture au public (actuellement trop strictement limitée à 40 jours sur une période prédéterminée) redéfinie, dans le but de favoriser l’accès de tous au patrimoine. La prise en compte des activités éducatives et culturelles devrait être encouragée.

5/ Les moyens financiers liés à l’entretien et à la sauvegarde du patrimoine doivent être renforcés dans la durée. En particulier le loto du patrimoine qui doit être pérennisé et développé et les dispositifs fiscaux en faveur du patrimoine et du mécénat confortés.

Liste des actualités



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *