Les éoliennes et Jean Germain : comme un vent de fronde

L’amendement des 1000 mètres ne condamne pas la filière éolienne mais incite à se pencher davantage sur ses usages et à les encadrer. rencontre avec jean germain, le sénateur à l’origine de ce texte. 

 

« Sommes-nous enfumés par les éoliennes géantes ? » c’est la question à laquelle Jean Germain, sénateur (PS) d’Indre-et-Loire, s’efforce de répondre. C’est la question qui l’a poussé à ajouter un amendement au projet de loi de transition énergétique.

Celui qui refuse l’étiquette « de personne inféodée à la filière nucléaire » ou « d’affreux conservateur », souhaite simplement mieux réguler l’implantation des éoliennes sur le territoire français. « L’amendement a été rédigé de concert avec le groupe socialiste. Il n’a pas été fait en cachette! », insiste-t-il. Sa teneur ? Il exige qu’une distance minimale de 1000 mètres soit respectée entre une éolienne et des habitations contre 500 mètres actuellement.

L’article additionnel après l’article 38 bis A du projet de loi sur la transition énergétique est ainsi rédigé :  «  La délivrance de l’autorisation d’exploiter est subordonnée à l’éloignement des installations d’une distance de 1000 mètres par rapport aux constructions à usage d’habitation, aux immeubles habités et aux zones destinées à l’habitation définies dans les documents d’urbanisme en vigueur à la date de publication de la même loi ». 

Ces quelques lignes ont suscité l’ire des professionnels de l’éolien. Le Syndicat des énergies renouvelables (SER) souligne que plus de 90% des nouveaux projets dans l’éolien figurent sous la barre des 500 mètres. Pour eux, adopter cet amendement reviendrait ainsi à mettre en péril la filière de l’éolien dans son intégralité. 

« L’éolien n’est ni la seule énergie, ni la plus productive »

Pourquoi 1000 mètres précisément ? Pour Jean Germain, « ce n’est pas scientifique mais politique, intuitif même. La réglementation dans d’autres pays européens est de 1500 mètres, il fallait bien faire quelque chose. Pour différentes raisons, une distance de 500 mètres est jugée insuffisante ». Insuffisante au titre des multiples nuisances qu’elle représente. « Il y a la pollution visuelle d’abord : on ne peut nier qu’une éolienne perturbe le paysage ! Et puis, la nuit, il y a un autre inconvénient constant : le clignotement de l’éolienne. A cela s’ajoute une pollution sonore. Si les promoteurs de l’éolien arguent que ça ne fait pas plus de bruit qu’une conversation de salon, il reste que c’est un bruit en continu, à supporter nuit et jour. Et enfin, même si je ne suis pas médecin, il y a bien des infrasons qui peuvent perturber certaines personnes », argue Jean Germain.

Cet amendement présente un autre avantage : il apparaît comme un rempart face à la suppression du dispositif des Zones de développement éolien (ZDE) obtenu il y a deux ans par le lobby éolien. « Cette suppression est une aberration ! On ne peut s’empêcher de remarquer que, depuis les projets d’éoliennes ont fleuri comme des champignons après la pluie. Au motif qu’il n’y en avaient pas assez, du jour au lendemain, ça a fleuri partout», rappelle un Jean Germain concerné. 

Le mécontentement à l’encontre des éoliennes se fait grandissant, alimenté aussi par le témoignage de riverains. A Coutances, dans la Manche, Evelyne Collette vit dans une maison avec vue sur une éolienne. Depuis son installation, elle souffre de nombreux maux, notamment de troubles du sommeil persistants. Pour le sénateur, la question est de savoir si « une telle situation est normale par rapport à l’intérêt général ? ». Il n’hésite pas, dans la foulée, à remettre en question la viabilité et l’efficacité de l’éolienne. «Elle n’est ni la seule énergie ni la plus productive », explique-t-il.

 

L’éolienne de Gratot et la cathédrale de Coutances © Daniel Picot, SPPEF

 

Protéger la France, protéger le tourisme

Quelles alternatives alors ? « Il existe d’autres systèmes comme le photovoltaïque par exemple. En France, on a la chance d’avoir une partie ventée à l’ouest  et du soleil au sud. Il y a aussi la méthanisation ou encore l’utilisation d’un certain nombre de déchets qui peuvent fournir de l’énergie », défend Jean Germain. Et d’ajouter enthousiaste : « Et puis, il y a des choses que l’on a pas découvertes encore! ». 

La loi sur la transition énergétique a aussi à voir avec le tourisme et la défense du patrimoine hexagonal. Un second amendement porté par la sénatrice (UDI-UC) de la Marne Françoise Ferat vise à protéger le patrimoine de la covisibilité des éoliennes. Jean Germain reconnaît qu’il s’agit là d’un point crucial dans la mesure où la France « antre de la culture », reste le pays le plus visité chaque année. A ce titre, les éoliennes ne peuvent être implantées n’importe où sans prendre en compte des considérations esthétiques. A la fin de l’année 2013, la justice a annulé un projet d’implantation de quatre éoliennes au Mont-Saint-Michel. Un souvenir qui fait encore bondir le sénateur. 

Au revoir Paris Climat 2015 ?

Alors, en accueillant à la fois la conférence Paris Climat et en adoptant un amendement restrictif, la position du gouvernement n’est-elle pas paradoxale ? C’est en tout cas ce que semble penser Benoît Braderie, le président de l’association Planète Éolienne. Pour lui, l’amendement Germain équivaut à un « au revoir au grand raout de la conférence Paris Climat 2015 ».

Il n’en est rien pour Jean Germain, qui réaffirme la détermination du gouvernement à faire adopter son projet de loi de transition énergétique. « Cette conférence a pour objet de voir comment on peut lutter contre les émissions de CO2. D’aucuns considèrent que la seule façon de diminuer le CO2 est l’éolienne. Avec un certain nombre d’universitaires, de scientifiques et l’ancien directeur de l’Agence internationale de l’énergie, nous estimons que ce n’est pas la seule façon. Les éoliennes ont des inconvénients ! Alors, peut-être y a-t-il une volonté d’imposer une solution unique de la part de certains qui n’a à mes yeux pas plus de valeur que ceux qui imposent un parti unique aux consciences, que ça soit en politique ou en religion ». 

Même si le projet de loi « peut être retoqué », le sénateur Jean Germain l’assure : « en tout cas, le problème est sur la table. Et s’il le faut, on recommencera ». 

 

Nina Gheddar

Liste des actualités



5 réflexions au sujet de « Les éoliennes et Jean Germain : comme un vent de fronde »

  1. Le , chamberland a dit :

    Commentaire *le cout et l’entretien des eoliènes , voir leur demolitions dans le futur , est un investissement ridicule !!!
    la vraie solution sans aucune contestation de tous serai de rehabiliter les anciens moulins sur nos rivières et de les
    equiper de turbines façilement connectables sur les circuits electriques ce qui n’est pas le cas des foutues eoliènes !!!

    • Le , chamberland a dit :

      *le cout d’installation , l’entretien voir une future demolition des eoliennes ainsi que leur raccordement a EDF
      representent un investissement tres peu rentable sauf pour les installateurs !!! la vrai solution est dans la
      remise en service des petits moulins implantés dans toute la France sur nos rivières !! une installation de turbine
      ne coute pas grand chose .! son raccordement a EDF est ridicule ….l’hiver il y a beaucoup d’eau et plus de
      consommation electrique ce qui s’equilibre !!

  2. Le , Bellon a dit :

    Commentaire *Non seulement l’éolien coûte très cher au contribuable, mais il n’est pas appelé à faire des progrès techniques spectaculaire, contrairement au solaire qui progresse de mois en mois. Par ailleurs:

  3. Le , Michel a dit :

    Commentaire *Il y a quelque chose de surprenant: PERSONNE je dis bien personne, n’a JAMAIS demandé un BILAN économique des installations déjà nombreuses imposées aux régions (pas rentables)… situées les plus loin des sièges de Trusts Eoliens (chez le voisin toujours), PERSONNE n’a répercuté les commentaires des propriétaires floués qui se sont fait avoir (les agriculteurs ne savent pas ce qu’ils disent), et si elles n’ont jamais (encore) tué personne … comparez les vues d’avion: La Beauce 2014 et Hiroshima 1945 … (par des photographes célèbres)
    Est-on sûrs que le Nucléaire est en cause, ce ne serait pas plutôt une certaine IDEOLOGIE ?

  4. Le , BERBESSON Mireille a dit :

    Commentaire *L’académie de médecine préconise une distance minimale des habitations de 1500 mètres et confirme les effets sur la santé et le confort, sans compter que compte tenu de ces informations, les maisons exposées deviennent invendables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *