Les avancées des associations du patrimoine dans le débat public

Les combats que nous menons en lien avec les autres associations du patrimoine portent leurs fruits. L’arrêt du chantier de rénovation de la Samaritaine à Paris et la révision probable de la loi sur la transition énergétique en témoignent aujourd’hui.

 

640px-Nérac_colombages_jardin_Foulon
Colombages à Nérac (Lot-et-Garonne) © DR

 

Nous avons déjà exprimé notre désaccord avec le projet de loi sur la transition énergétique. Pas sur l’ensemble du texte, mais sur un point précis : son article 3. Pourquoi? Parce qu’en l’état, le projet de loi pourrait avoir des répercussions dommageables sur le patrimoine.

Pour rappel, il prévoit de rendre obligatoires les travaux d’isolation des façades lors du ravalement de celles-ci. Une obligation s’appliquant sans exception à tous les bâtiments, quelles que soient leurs spécificités architecturales, et inapplicables par exemple aux architecture à pans de bois. C’est pourquoi nous avons demandé sa modification dès octobre dernier, de concert avec d’autres associations du patrimoine membres du G8.

Notre voix semble avoir été entendue. Alors que le projet de loi a été adopté à l’Assemblée Nationale le 14 octobre dernier et qu’il sera en discussion au Sénat à partir du 9 février, la commission de la culture du Sénat s’est saisie du texte pour avis, inquiète des conséquences que pourrait avoir la future loi. Selon elle, si la démarche est souhaitable concernant « une large partie du parc immobilier, elle ne peut s’appliquer systématiquement et uniformément au risque de gommer les spécificités architecturales, géographiques et historiques de certains bâtiments. »

En outre, elle pointe fort justement le fait que « en portant atteinte au patrimoine, la loi sur la transition énergétique serait préjudiciable à l’économie touristique de notre pays, pourtant génératrice d’emplois et de revenus. » Et de conclure : « la commission s’est montrée particulièrement sensible aux arguments des associations de sauvegarde du patrimoine. Elle a désigné comme rapporteur pour avis la sénatrice Françoise FÉRAT (UDI-UC – Marne) qui commencera son travail d’auditions dès le début du mois de janvier 2015. »

 

Samaritaine_vue_rue_Rivoli
Vue du projet depuis la rue de Rivoli, infographie agence Sanaa

L’arrêt définitif du chantier de la Samaritaine constitue également une victoire pour les associations du patrimoine. Depuis le 5 janvier, le chantier est de nouveau suspendu. L’annulation du permis de construire a été confirmée par la cour administrative d’appel de Paris

SOS Paris et la SPPEF (Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France) avaient saisi la justice, estimant que ce nouveau projet enfreignait les règles du plan local d’urbanisme. Celui-ci dispose en effet que les « constructions nouvelles doivent s’insérer dans le paysage par leur volume, leurs matériaux, leur aspect. »

Liste des actualités



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *