La riposte des associations dans l’affaire du projet d’extension de Roland Garros

La délibération annulée en justice

Vendredi 1er mars, le tribunal administratif de Paris a jugé illégale la délibération de juillet 2011 par laquelle le conseil de Paris autorisait le maire à signer une convention avec la Fédération Française de Tennis (FFT) pour l’extension du stade.

Les motifs invoqués par un communiqué du tribunal sont principalement de deux ordres : l’information des conseillers de Paris lors du vote « n’a pas été jugée suffisante », et le taux de redevance versée à la ville de Paris en application de la convention s’est avéré « manifestement trop faible au regard des avantages de toute nature consentis » à la FFT.

La Ville de Paris a fait savoir son intention de faire appel de la décision.

En décembre dernier déjà, ces motifs avaient été pointés du doigt par le rapporteur public, qui avait en outre dénoncé la méconnaissance, par le projet en cause, de la protection des Serres d’Auteuil au titre des Monuments historiques et du caractère classé du site.

Ce dernier est venu ajouter un nouveau motif d’illégalité à la convention fin février, estimant que son objet devait être requalifié « d’occupation du domaine public » en « concession de travaux publics ». Le cas échéant, un appel d’offres devrait être mis en place.

 

Les associations présentent une solution alternative chiffrée

Source : Le Figaro, le 6 mars 2013

Profitant de l’actualité juridique et médiatique, la SPPEF et les VMF ont réuni les journalistes pour détailler leur solution alternative qui, tout en respectant le cahier des charges de la FFT, garantit la préservation de l’intégrité du jardin botanique des Serres d’Auteuil.

 

Huit mois après avoir esquissé ce plan B, les associations le détaillent et proposent une estimation chiffrée, à l’appui d’une étude confiée à un expert indépendant, ingénieur civil des Ponts-et-Chaussées.

La solution prévoit de mettre à disposition du tournoi une emprise supérieure (près de 13 400 m² au lieu de 9 435 m² dans le projet de la FFT) au nord de Roland Garros en procédant à : la construction d’une dalle au-dessus de l’autoroute A13, l’annexion d’une partie de l’avenue de la porte d’Auteuil en liaison directe avec le site historique, la surélévation du Court n°1 pour augmenter sa capacité de 1700 places, ainsi que la création d’une esplanade des Mousquetaires centrale.

L’ensemble de l’opération est estimé à 53 millions d’euros, dont 42 millions d’euros pour la couverture de l’A13 – très loin du chiffre de 550 millions d’euros avancé par la Mairie de Paris pour fustiger le projet alternatif quand celui-ci lui avait été présenté avant l’été.

« La destruction-reconstruction du Court n°1 prévue par le projet de la FFT représente à lui seul un coût de 45 à 50 millions d’euros », a plaidé Philippe Toussaint, Président des VMF, en conférence de presse. « A côté, les 53 millions de notre projet représentent un surcoût infime ».

En s’inscrivant dans la continuité du site historique, cette solution d’extension alternative créé en outre une transition écologique entre le Bois de Boulogne et le stade, offre un meilleur confort pour les spectateurs, et vise, espérons-le in fine, un apaisement des conflits.

Liste des actualités



5 réflexions au sujet de « La riposte des associations dans l’affaire du projet d’extension de Roland Garros »

  1. Le , ANNETTE Gérard a dit :

    Commentaire *

    Bravo notre cher Maire fait et prétend n’importe quoi

    l’extension représentait la disparition pure et simpe des serres, voila la réalité

    sauf des intérêts supérieurs

    scandale également pour le CASG

    Délégué DH 76

  2. Le , Baltardive Claude a dit :

    Commentaire * La solution proposée est tout à fait interessante quelle que soit la situation car il faut toujours rechercher la solution la moins chère pour les contribuables tout en conservant une qualité irréprochable , ce qui est ici le cas .

  3. Le , Françoise de Lostende a dit :

    Commentaire *Que les magnifiques serres d’Auteuil soient préservées, c’est une priorité. Que Roland Garros reste à Auteuil cela me paraît également une priorité sous réserve de préserver le patrimoine historique. Des projets vont en ce sens et je les soutiens.
    Par contre, le quartier n’a que faire des matchs de foot ball. Je n’habite plus le quartier mais je crois que certains sont maintenus avec toutes les dégradations qu’ils entraînent. Outre le blocage du quartier, voitures détériorées, terreur des habitants devant cette horde imbibée de bière dès poltron minet, rues et trottoirs dans un état de saleté repoussante.

  4. Le , ANJOT a dit :

    Commentaire *Je suis tout à fait d’accord, habitant de surcroît le XVI° : c’est un scandale comme l’a été la piscine Molitor et la non réutilisation de l’ancienne voie du « petit train »de la Muette-passy et Auteuil en friche partielle. Et l’on nous bassine avec les « espaces verts » !!!!

  5. Le , CELLIER a dit :

    Commentaire *Je suiis à 100% pour le maintien des serres d’Auteuil. Je suis aussi d’accord pour le retrait des matches de foot ball dont certains supportaires dégradent le quartier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *