L’hôtel de la Marine repris par le Louvre

Hôtel de la Marine : feu vert officiel pour le Louvre !

Le 24 janvier, le président de la République, Nicolas Sarkozy, s’est rendu à Marseille en compagnie de Frédéric Mitterrand pour présenter ses voeux au monde de la culture. Ce fut l’occasion pour lui de revenir sur plusieurs projets qui ont fait polémique, dont notamment l’hôtel de la Marine. Ainsi, Nicolas Sarkozy a confirmé le partenariat avec le Louvre, proposé par la commission sur l’avenir de l’hôtel de la Marine présidée par Valéry Giscard d’Estaing.

« Pour l’hôtel de la Marine, je fais miennes les conclusions de la commission du président Giscard d’Estaing : les zones patrimoniales seront ouvertes au public sous la responsabilité du Louvre, qui y présentera des pièces de très grande valeur historique et artistique, les cours principales seront transformées en rues piétonnes, les emplacements au rez-de-chaussée seront concédés aux métiers d’art et de civilisation françaises », tels étaient les mots du Président de la République.

L'Hôtel de la Marine

L'hôtel de la Marine (© Françoise Durand / VMF)

Cette décision semble mettre fin au projet d’Alexandre Allard, qui souhaitait transformer l’hôtel de la Marine en un « épicentre de la création et de la culture au service du rayonnement de la France ». Projet vivement critiqué par un grand nombre d’historiens et ferveurs défenseurs du patrimoine qui le qualifiaient de « barnum commercial ». C’est donc au musée du Louvre que reviendra la mission de rendre au public une partie des espaces de ce monument emblématique du patrimoine national.

Toutefois, comme le souligne Didier Rykner, journaliste à la Tribune de l’art, il convient de rester vigilants sur ce dossier car d’une part le rapport de la Commission sur l’avenir de l’hôtel de la Marine n’était pas très détaillé en ce qui concerne les conditions de la nouvelle exploitation du lieu, et d’autre part, il n’existe encore pour l’instant aucune définition des « zones patrimoniales ». S’il est clair que les pièces d’apparat du premier étage sont concernées par cette dénomination, il existe d’autres parties remarquables de l’édifice qui pourraient tout à fait être considérées comme patrimoniales. Cependant, si les préconisations de Valéry Giscard d’Estaing sont respectées, l’Hôtel de la Marine serait organisé en trois espaces :

  •  un espace muséal avec : la « Galerie du Trésor Français », installée dans les grands salons du premier étage ; l’appartement de Thierry de Ville d’Avray – intendant chargé du garde-meubles et des joyaux sous Louis XVI – , qui devrait être ouvert au public et le deuxième étage, dédié aux expositions temporaires
  • un espace commercial dans les cours, qui seraient ouvertes à la circulation piétonne entre la rue Royale et la rue Saint Florentin. Elles accueilleraient des espaces loués à des activités publiques ou privées et un restaurant.
  • un espace administratif avec l’installation de la Cour des Comptes dans l’ancien hôtel Le Tellier, situé à l’angle nord-est du bâtiment.

Hotelde la Marine, la Galerie Dorée

La Galerie Dorée (© Augusto da Silva /Bouygues)

L’hôtel de la Marine a été construit entre 1757 et 1774, sous le règne de Louis XV, pour être le garde meuble de la Couronne. Le bâtiment édifié selon les plans de Jacques-Ange Gabriel, premier architecte du roi, abritait le mobilier, les tapis, tapisseries, luminaires et objets décoratifs les plus précieux des demeures royales. Il était également possible d’y admirer les joyaux de la Couronne, qui furent malheureusement dérobés en 1792. En 1789, le ministre de la marine s’y installe et cohabite avec les garde meuble durant quelques années. Depuis cette date, les plus hautes autorités de la marine ont eu possession des lieux. Leur action permettant de faire de ce bâtiment un ensemble patrimonial d’un grand intérêt.

Classé Monument historique en 1923 et inscrit sur la liste du patrimoine mondial, l’hôtel de la Marine doit aujourd’hui trouver une nouvelle affectation. En effet, à l’horizon 2014, l’état-major de la marine quittera les lieux pour intégrer ce que l’on a coutume d’appeler « le pentagone à la française », à Balard. En 2010, France Domaine avait donc publié un appel à projet pour la réaffectation des lieux. Ce projet avait suscité l’affolement du côté des défenseurs du patrimoine – saluons  notamment l’investissement d’Olivier de Rohan-Chabot, président des Amis de l’Hôtel de la Marine – , des militaires, des spécialistes de l’art et historiens qui avaient signé une pétition dénonçant la cession du monument au secteur privé. De nombreuses rumeurs ont circulé quant aux différents projets soutenus par les acteurs privés, le plus sérieux étant celui du groupe d’Alexandre Allard, « La Royale ».

En février 2011, vous avez été nombreux à vous prononcer sur la question de la privatisation de l’hôtel de la Marine sur notre site Internet. Selon ce sondage, 68 % d’entre vous étaient contre une quelconque « braderie » du patrimoine et 26 % étaient favorables à une privatisation partielle de l’Hôtel de la Marine, si cela impliquait de rendre les salons historiques accessibles au public.

L’hôtel de la Marine semble donc être sauvé d’un projet de bail emphytéotique, mais les VMF suivront avec intérêt la suite de cette affaire.

 

>> Voir l’article de Didier Rykner dans La Tribune de l’Art

>> Voir la réponse d’Alexandre Allard à cette décision dans Artclair

>> Voir l’article paru dans Le Monde 

Liste des actualités



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *