Implantation d’éoliennes en Haute-Vienne

Le Tribunal administratif de Limoges décide d’annuler des arrêtés préfectoraux autorisant l’implantation d’éoliennes en Haute-Vienne.

Le Tribunal administratif de Limoges a été saisi au sujet de sept ZDE (Zone de Développement éolien) accordées entre novembre 2008 et janvier 2009 par le préfet de Haute-Vienne. Quatre associations, Pour la Sauvegarde de la Gartempe, Pour la Sauvegarde du Patrimoine et des Paysages en Haut-Limousin, Pour la Sauvegarde et la Préservation de l’Environnement Rural, et Vent de Liberté en Haute-Vienne, ainsi que de nombreux habitants de communes concernées, avaient déposé 19 requêtes portant sur la création de ces zones dans le nord du département.

L’Association Pour la Sauvegarde des Paysages et du Patrimoine en Haut-Limousin (ASPPHEL) avait dénoncé il y a plusieurs mois le risque de défiguration de sites patrimoniaux emblématiques de l’une des rares régions de France encore bocagère. Les projets menaçaient notamment la communauté de communes de la Basse Marche, dans laquelle se trouve la collégiale romane du XIe siècle du Dorat, la plus belle du Limousin, ou encore le patrimoine rural exceptionnel de la commune de Tersannes.

Au terme d’un examen approfondi des requêtes et des dossiers, le Tribunal a décidé d’annuler ces arrêtés accordés par le préfet, que les requérants estiment ne pas avoir été en possession de tous les éléments nécessaires pour juger de la pertinence des projets. Trois arguments ont été mis en avant : la question du potentiel éolien, jugé trop faible par les opposants, le réseau électrique, trop coûteux, et le non respect de la protection du paysage.

Les problèmes pointés et retenus, tels que les motifs d’incompétence des communautés de communes, d’insuffisance dans les études préalables (notamment en matière de potentiel éolien suffisant), mais aussi et surtout le bilan négatif entre les avantages attendus par la création des ZDE et les nombreux inconvénients (atteinte à la propriété – de par la dévalorisation des biens – atteinte à la santé des populations riveraines, atteinte aux sites et aux monuments historiques, et coût financier excessif mis à la charge de la collectivité – tarif de rachat subventionné et prise en charge de la majeure partie du coût des raccordements) représentent une avancée majeure en matière d’éolien.

Liste des actualités



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *