Émission Patrimoine en question(s) – 27 mars 2012

Patrimoine en question(s) : « Les architectes en chef des monuments historiques en font-ils trop ? »

« Patrimoine en question(s)», émission proposée par La Tribune de l’Art et animée par Didier Rykner, propose des débats confrontant des invités de qualité sur des thèmes concernant l’actualité du patrimoine.

Après une première émission sur la protection du patrimoine en France diffusée en février dernier, l’objectif de ce deuxième volet était de réfléchir sur le rôle des Architectes en chef des monuments historiques, « rouage essentiel dans la protection des monuments historiques », dont le rôle est souvent contesté. Pour cela, Didier Rykner a reçu différentes personnalités :

  • Isabelle Lemesle, Présidente du Centre des monuments nationaux
  • Philippe Toussaint, Président des Vieilles maisons françaises
  • François Chatillon, Président de la Compagnie des architectes en chef des monuments historiques
  • Alexandre Gady, Président de la Société pour la protection du paysage et de l’esthétique de la France et professeur des universités.

Lors de ce débat, il a été question du rôle des ACMH et des relations entre maître d’ouvrage et maître d’œuvre, du financement des travaux, de l’importance de l’étude préalable aux travaux de restauration et de la rémunération des architectes en chef des monuments historiques.

Philippe Toussaint

Philippe Toussaint, président des VMF (Capture d’écran à partir de la vidéo publiée sur www.latribunedelart.com)

Philippe Toussaint, en tant que président des VMF et représentant des adhérents VMF propriétaires de monuments historiques classés, a pu exprimer les difficultés rencontrées par ces derniers dans leurs travaux. Lors de ses interventions, il a souligné l’effet bénéfique de la réforme du statut et des modalités d’intervention des ACMH qui a supprimé leur monopole quasi-exclusif sur les monuments classés et a ainsi permis aux propriétaires de choisir leur maître d’œuvre. Le président des VMF a également insisté sur l’importance du coût de l’étude préalable qui entame considérablement le budget de la restauration du monument et a réaffirmé sa volonté d’un financement de ces études par l’Etat.

La réunion de ces intervenants a permis de confronter différents points de vue (propriétaires publics et privés, ACMH et  historien de l’art) rendant le débat aussi riche qu’approfondi. Les interventions de chacun ont levé le voile sur certains non-dits et tous ont pu exprimer librement leur jugement sur le fonctionnement des ACMH.Trois aspects importants ont été mis en avant au cours de ce débat : l’importance de la collégialité, la nécessité des études préalables et l’entretien des monuments.

>> Pour visualiser l’intégralité du débat sur le site de La Tribune de l’Art

Liste des actualités



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *