Commission Valéry Giscard d’Estaing sur l’avenir de l’Hôtel de la Marine

Conclusions attendues avant l’été pour la commission sur l’avenir de l’Hôtel de la Marine

Valéry Giscard d'Estaing (© Wikipédia)

La composition de la commission indépendante sur l’avenir de l’Hôtel de la Marine a été dévoilée. Elle a pour mission de réfléchir à la « meilleure réutilisation » de ce monument historique. Cette commission, présidée par Valéry Giscard d’Estaing, comprend douze membres dont Pierre Nora et Marc Fumaroli, deux adversaires déclarés de la privatisation du monument.

Douze personnalités ont été choisies selon l’ancien président de la République « pour leur indépendance au regard des différents projets » :

  • Isabelle Lemesle, présidente du Centre des Monuments Nationaux
  • Sabine Frommel, historienne de l’art, directrice d’études à l’Ecole pratique des hautes études
  • Adrien Goetz, maître de conférence d’histoire de l’art à la Sorbonne
  • Hugues Gall, académicien et ancien directeur de l’Opéra de Paris
  • Pierre Nora, historien connu pour ses travaux sur le « sentiment national » et sa composante mémorielle et membre de l’Académie française
  • Bertrand Collomb, académicien, ancien patron de Lafarge
  • Marc Fumaroli , historien membre de l’Académie française
  • Xavier de La Gorce, membre de l’Académie de Marine et ancien secrétaire général de la mer
  • Jean-Philippe Lecat, ancien ministre de la Culture
  • Jacques Legendre, président de la Commission de la culture du Sénat
  • Christophe Beaux, actuel PDG de la Monnaie de Paris 
  • et Pierre Chevalier, président du Conseil national du marché de l’art et ancien président de la SEMA.

Thierry Tuot, conseiller d’Etat, rapporteur général du Grenelle I de l’environnement et membre de l’autorité de la concurrence, a été nommé rapporteur de la commission.

Nicolas Sarkozy souhaite que Valéry Giscard d’Estaing lui remette « avant l’été » son rapport sur l’avenir de l’Hôtel de la Marine, selon la lettre de mission adressée par le chef de l’Etat à l’ancien président de la République. Selon cette même lettre, la commission devra  « formuler des propositions concrètes » qui devront prendre en compte « les aspects patrimoniaux et juridiques des solutions préconisées, ainsi que la question de leur coût à moyen et long terme pour les finances publiques« .

 

 

Liste des actualités



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *