Budget 2011 du ministère de la culture

un soutien au patrimoine monumental renouvelé

Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, a présenté le 29 octobre le projet de budget de son ministère.  Le soutien de l’Etat au patrimoine est renouvelé, avec une hausse de 1,6% à hauteur globale de 868 millions d’euros. Les moyens alloués aux monuments historiques seront maintenus à 375 millions d’euros, incluant les 10 millions d’euros de taxe sur les jeux en ligne affectés au Centre des Monuments Nationaux (CMN). Cela répond à l’engagement pris par Nicolas Sarkozy de pérenniser, sur les cinq prochains budgets de 2010 à 2014, les 100 millions d’euros, destinés en 2009 aux Monuments historiques dans le cas du Plan de relance.

L’enveloppe globale pour le patrimoine architectural atteint donc presque les 400 millions d’euros, crédits annuels requis, selon les VMF et les autres associations de défense du patrimoine, pour pouvoir mener une vraie politique d’entretien et de restauration des monuments et des sites. De plus, les dispositifs fiscaux concernant les monuments historiques ont été préservés. Toutefois, Frédéric Mitterrand a confirmé que deux « niches fiscales » seraient touchées : la réduction d’impôt au titre des travaux de conservation et de restauration d’objets mobiliers classés et la réduction d’impôt au titre des dépenses supportées en vue de la restauration complète d’un immeuble bâti (dit « dispositif Malraux »).

Le ministre de la Culture s’est félicité de ce « bon budget » lors de la conférence de presse : « Alors que la plupart des pays européens ont choisi de tailler, parfois massivement, dans les budgets de la Culture, la France a fait un choix différent. Le gouvernement a décidé de préserver et de sanctuariser les crédits de ce ministère. (…) C’est la traduction d’engagements clairs et d’une ambition réaffirmée en faveur de notre patrimoine, de notre création et de nos médias », a-t-il déclaré.

Au vu des crédits affectés au patrimoine, trois grands axes semblent favorisés :

  •  Les crédits destinés à l’entretien des monuments, qui consiste à garantir l’intégrité des bâtiments et des biens mobiliers et diminuer les risques de sinistres, sont reconduits à leur niveau de 2010, à hauteur de 56 millions d’euros. Le Ministre souhaite que cet effort « permettra de poursuivre une véritable politique préventive ».
  • L’accent est particulièrement mis sur les monuments en région : ainsi 53% des crédits destinés à la restauration sont consacrés à des monuments n’appartenant pas à l’Etat. L’effort réalisé en 2010 dans le cadre du plan de relance est donc poursuivi. « C’est un signal à l’attention des collectivités locales, c’est aussi un engagement permettant de soutenir le secteur des entreprises qui opèrent dans le domaine des Monuments historiques », a souligné Frédéric Mitterrand. « Mettre en valeur notre patrimoine, ce n’est pas seulement nourrir le « culte des monuments » cher à Aloïs Riegl, entretenir la religion des vieilles pierres, c’est aussi renforcer l’attractivité de nos territoires. (…) C’est pourquoi un effort particulier est réalisé au profit des crédits déconcentrés en régions. », a-t-il expliqué.
  • Le ministère poursuit par ailleurs sa politique de grands travaux de restauration :  chantier du Quadrilatère Richelieu, pour remettre en état le site historique de la BnF ; restauration du domaine de Versailles ; fin des travaux sur le tympan est du musée d’Orsay… Autre grand opération emblématique : la restauration du fort Saint-Jean à Marseille, en prévision de Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la Culture.

Enfin, en matière d’architecture, le ministère a choisi de valoriser la création des Aires de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine (AVAP), qui remplacent désormais les ZPPAUP. Afin de soutenir cette politique, un million d’euros est prévu pour en assurer le financement, incluant le soutien du ministère aux études urbaines en faveur de la qualité architecturale (études de diagnostic territorial).

 

Liste des actualités



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *