Aurélie Filippetti a annoncé l’arrêt de plusieurs projets culturels

Dans son interview accordée au Monde, parue le 10 septembre 2012, la Ministre de la culture et de la communication a déclaré que plusieurs projets seraient reportés, suspendus ou arrêtés.

Pour apporter sa contribution à l’effort budgétaire, « certains projets, annoncés avec légèreté et, pour l’essentiel, non budgétés par l’équipe Sarkozy », ne verront donc jamais le jour.

Hôtel de Rohan (Paris)
©Archives nationales/Atelier de photographie (Paris) Avec l’hôtel de Soubise, l’hôtel de Rohan devait accueillir la Maison d’histoire de France

La Maison  d’histoire de France est arrêtée, de même que la création d’un musée de la photo à l’hôtel de Nevers à Paris, le Centre d’art pariétal Lascaux 4, ou la salle supplémentaire de la Comédie-Française à la Bastille. Elle évoque notamment les coûts excessifs de certains de ces projets ou encore leur manque de préparation.

D’autres projets doivent quant à eux être réexaminés. C’est le cas de la tour Utrillon à Clichy-Montfermeil, les archives photographiques d’Arles (le déménagement de l’école de photographie aura bien lieu mais la suite du dossier sera réetudié) ou encore les schémas directeurs de grands étalbissements comme le Grand Palais. Le centre des réserves de Cergy devra répondre en priorité au souci de protéger les réserves du Louvre, mais l’idée d’un centre de recherche et d’exposition ouvert au public ne sera en revanche pas financée.

Pour l’Hôtel de la Marine, qui devait être annexé par le Louvre, tout est suspendu et le « ministère de la défense […] doit d’abord quitter les lieux ».

D’autres projets, dont les chantiers sont déjà bien avancés, verront le jour comme prévu par le calendrier initial : c’est le cas pour la Philharmonie, le Mucem de Marseille, les Archives à Pierrefitte ou le Musée Picasso.

Jean-Jacques Aillagon, ancien Ministre de la culture et ancien président de l’établissement de Versailles, a salué le « courage » et la « détermination » d’Aurélie Filippetti. « Dans le contexte général de maîtrise de la dépense publique, elle assume la possible contribution de son ministère aux efforts d’économies alors que tant de ministres ont, en d’autres temps, fait de la fanfaronnade budgétaire leur règle de conduite, quitte à travestir la réalité comptable des choses ou à ne pas tenir les engagements claironnés », estime-t-il.

Liste des actualités



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *